Goto main content
 
 

Mossoul: Handicap International se prépare à la plus grave crise humanitaire de l’année 2016

Irak

Près de 50 collaborateurs de Handicap International s’apprêtent à intervenir afin d’assurer une prise en charge immédiate des personnes déplacées par le conflit à Mossoul, en Irak. Plus de 30'000 personnes ont déjà fui les violences depuis le début des opérations militaires, le 17 octobre dernier. Les Nations unies estiment que dans le pire des scénarios, un million de personnes pourraient être déplacées par les combats. Dans un pays qui compte déjà plus de 3,3 millions de déplacés, ce conflit risque d’engendrer une crise humanitaire d’une ampleur sans précédent.

Camp de déplacés en Irak - photo d'archive Handicap International

Camp de déplacés en Irak - photo d'archive Handicap International | © S. PIERRE / HANDICAP INTERNATIONAL

Pour faire face à cette catastrophe imminente, Handicap International s’apprête à intervenir dans les villages et les camps de déplacés en périphérie de Mossoul. 4 équipes d’éducation aux risques des mines et restes explosifs de guerre, 4 équipes de soutien psychosocial - dont 4 psychologues pour répondre aux cas de traumatisme les plus sévères - et 3 équipes de réadaptation seront très bientôt déployées dans les zones de déplacement.

Plus de 30'000 personnes ont déjà fui les violences à Mossoul. "Les mouvements de population devraient s’accélérer dans les jours à venir. On estime qu’il y aura plus de 200'000 déplacés originaires de Mossoul et de ses environs dans les prochaines semaines, et peut-être plus d’un million dans le pire des scénarios. Les gens commencent à fuir dans la plus grande confusion, sans moyen pour se nourrir, se soigner et s’abriter. Ils ont tout laissé derrière eux, arrivent souvent dans des lieux où la population est déjà particulièrement vulnérable. La situation est extrêmement préoccupante", explique Fanny Mraz, chef de mission pour Handicap International en Irak.

L’association envisage de former les personnes déplacées, les villageois et les organisations humanitaires aux risques des mines, engins explosifs improvisés et restes explosifs de guerre. "Les engins explosifs improvisés et restes explosifs sont omniprésents sur les zones de conflit en Irak. Les populations civiles mais aussi les personnels humanitaires qui leur viennent en aide peuvent être exposés à cette menace. Dans un pays aussi contaminé que l’Irak, il est essentiel que tous soient sensibilisés à ces risques", explique Fanny Mraz.

Handicap International portera également assistance aux populations restées dans les villages pendant le conflit. Certains d’entre eux seront aujourd’hui accessibles aux acteurs humanitaires, et les besoins sont immenses puisque les services de base ne fonctionnent plus. De plus, ces populations s’exposent à chaque instant aux risques d’accident liés à la très forte présence d’engins explosifs laissés derrière les combats.

L’association sera particulièrement attentive au niveau d’accessibilité des structures dans lesquelles les populations déplacées seront relogées. "Les personnes en situation de handicap ne doivent pas être oubliées dans cette réponse d’urgence et doivent avoir le même accès aux services humanitaires que les autres civils ayant fui", précise Fanny Mraz. À ce titre, Handicap International sensibilisera également les autres organisations humanitaires présentes sur place à la prise en compte des personnes vulnérables (personnes handicapées, blessées, très âgées, etc.) dans les actions en faveur des déplacés.

Published on: 7 novembre 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Irak : une contamination catastrophique : un obstacle majeur à la reconstruction du pays
© HI
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Irak : une contamination catastrophique : un obstacle majeur à la reconstruction du pays

Cinq ans après la fin de la guerre en Irak, les communautés sont toujours fracturées, tout comme les bâtiments, les routes et les ponts qui les entourent. Publié aujourd'hui, notre rapport « Reconstruction impossible : Impact de la contamination liée aux engins explosifs sur les populations touchées en Irak » dresse un tableau édifiant de la vie quotidienne des Irakiens, dont certains ont trop peur pour laisser leurs enfants aller à l'école à pied, ou d’autres sont contraints de travailler dans des endroits pollués par des explosifs.
 

10 juillet : anniversaire de la bataille de Mossoul L’ouest de la ville toujours contaminé par des restes explosifs de guerre
© E. Fourt/HI
Mines et autres armes Urgence

10 juillet : anniversaire de la bataille de Mossoul L’ouest de la ville toujours contaminé par des restes explosifs de guerre

Deux ans après la reprise de Mossoul par les forces armées irakiennes, le 10 juillet 2017, l’ouest de la ville est laissé à l’abandon, détruit et contaminé par des milliers de restes explosifs de guerre. 500'000 personnes sont toujours déplacées dans les camps et la vie de milliers de blessés est encore suspendue à des soins adaptés à leurs besoins.

Mossoul un an après: une ville piégée par les mines et les bombes
© Fanny Mraz / HI
Urgence

Mossoul un an après: une ville piégée par les mines et les bombes

Un an après la libération de Mossoul, 8 millions de tonnes de restes explosifs [1] piègent encore la ville. Tandis que des milliers de blessés tentent aujourd’hui de se soigner et que plus de 300 000 [2] déplacés survivent toujours dans les camps et les communautés, Mossoul, piégée par les restes explosifs de guerre, est une bombe à retardement.