Go to main content
 
 

Nora, victime d’un bombardement

Mines et autres armes Réadaptation
Yémen

Nora a été gravement blessée par un missile tombé devant l’entrée de l'hôpital Al-Thawra à Hodeidah (Yémen) alors qu’elle arrivait en bus avec des amies. 

Nora avec la psychologue de HI Fathen

Nora avec la psychologue de HI Fathen | © Feida / HI

Nora est une mère célibataire de 30 ans. Elle vivait de ménages à Hodeidah, une des villes les plus touchées par les combats. 

Le bombardement 

Le 2 août 2018, un bombardement aérien a touché l’entrée de l'hôpital Al-Thawra à Hodeidah. Nora venait d’arriver en bus avec des amies pour rendre visite à un proche hospitalisé. Elle raconte : 

« Après l‘explosion, j'ai rampé pour sortir du bus. J’ai appelé ma sœur et mes amies mais il n'y a pas eu de réponse ! J'ai vu ma sœur, qui était enceinte. Elle était en train de mourir. Le premier avion n’a fait aucun bruit mais le second a produit un son très caractéristique. Quand les gens ont reconnu le sifflement d’un avion de chasse dans le ciel, ils ont commencé à crier : ‘Courez ! Une autre bombe arrive !’ 

Tout le monde a tenté de fuir mais beaucoup ont été blessées par des éclats d'obus lors de la deuxième explosion. L'un a été blessé à la tête, au cœur, l'autre a eu le visage entaillé… J’étais dans un tel état de choc que je ne ressentais aucune douleur. Je ne me suis pas  tout de suite rendue compte que ma jambe droite avait été arrachée par la première explosion. » 

L’amputation 

Nora a été amputée à l'hôpital Al-Thawrah à Hodeidah. Transférée à Sana'a, elle été opérée une seconde fois par l’équipe chirurgicale pour que son moignon puisse recevoir un jour une prothèse. 

L’accompagnement assuré par HI

Elle a tout de suite été suivie par les équipes de HI pour des soins en rééducation et en soutien psychologique. L’association lui a fourni de béquilles, un fauteuil de toilette, un kit d'hygiène et du matériel pour nettoyer elle-même son moignon.  

« Nous lui avons appris à gérer la douleur et à faire les bons gestes pour la réduire. Nous avons fait des exercices de renforcement musculaire puis de marche avec les béquilles. Nous avons aussi effectué des massages de sa cicatrice : masser une cicatrice peut servir à éviter une rigidité ; cela aide à une cicatrisation souple, à prévenir un futur point sensible ou douloureux, surtout que la cicatrice est en partie sur le moignon et donc se retrouve  souvent sur des zones en contact avec l’emboiture de la prothèse. »

«En parallèle, une de nos psychologues l’a suivie pour l’aider à surmonter le choc traumatique provoqué par l’explosion, son amputation et la mort de sa sœur. » 

Feida, la physiothérapeute de HI 

Nora continue de suivre des soins en rééducation. Son moignon a bien cicatrisé et elle prête à recevoir une prothèse dans les prochains jours… 

Published on: 29 janvier 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp"
© Abir Abdullah / HI
Réadaptation

"Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp"

Dans un coin du centre de réadaptation fixe de Handicap International, dans le camp de réfugiés d’Ukhiya, Hamas, âgé de 6 ans, bondit sur un gros ballon rose. Malgré un grand sourire qui illumine son visage, l’enfant ne joue pas. S’il est aujourd’hui le centre de toutes les attentions, c’est parce qu’il suit une séance de réadaptation avec Redwanul, un physiothérapeute de HI.

HI démine le Nord du Liban
©Oriane van den Broeck / HI
Mines et autres armes

HI démine le Nord du Liban

HI démine au Nord du Liban. Les démineurs interviennent désormais dans une zone contaminée par la guerre de 1975-1990. Objectif : soustraire les habitants à cette menace permanente.

Samira, un pas à la fois
© Abir Abdullah/HI
Bénéficiaires Réadaptation

Samira, un pas à la fois

La vie dans les camps de réfugiés surpeuplés n'est pas facile pour les réfugiés Rohingyas qui ont fui leur pays d'origine, le Myanmar, vers le Bangladesh - en particulier pour les enfants comme Samira qui vivent avec un handicap. Ces enfants sont pris en charge par les équipes mobiles de Handicap International (HI), qui ont recours à la physiothérapie et à d'autres mesures pour faciliter la vie des personnes touchées et de leurs familles.