Goto main content
 
 

Le nouveau Vivre Debout est en ligne! N°60

Magazine des donateurs
Suisse

L’utilisation d’armes explosives en zone peuplée peut constituer une violation du Droit international humanitaire. Celui-ci demande aux parties prenantes d’un conflit de respecter le principe de distinction entre civils, combattants et biens civils, tels que les écoles, hôpitaux, etc. De fait, l’utilisation de ces engins peut provoquer parmi les civils présents dans la zone d’impact, un nombre de victimes excessif au regard des bénéfices militaires attendus.

Vivre Debout 60

Vivre Debout 60 | © B. Darrieux / Handicap International

Ces engins présentent des menaces similaires à celles des mines et des bombes à sous-munition. Handicap International est à l’origine de deux traités internationaux les concernant. Le premier, le Traité d’Ottawa, datant de 1999, interdit les mines antipersonnel. Le second, le Traité d’Oslo, datant de 2008, interdit les bombes à sous-munitions. Avec la coalition INEW (International Network on Explosive Weapons), qui rassemble plusieurs organisations internationales et dont elle est membre fondateur, Handicap International se mobilise aujourd’hui pour que les Etats et plus largement les acteurs armés, cessent de faire usage d’armes explosives dans les zones peuplées.

Il n’est pas question pour Handicap International d’interdire un type d’armes, mais de mettre fin à un usage. L’association condamne l’utilisation des armes explosives dans les zones peuplées. Elle demande aux Etats des actions immédiates pour mettre fin à cette pratique. Il est également urgent d’appliquer sans délai les traités d’interdiction des mines et des bombes à sous-munitions et de les promouvoir auprès des Etats non signataires, en accordant une attention très particulière à l’assistance des victimes, au déminage des zone affectées et aux efforts de prévention. Par ailleurs, Handicap International appelle la communauté internationale à systématiquement condamner l’utilisation de ces armes.

Les armes explosives sont utilisées dans les conflits actuels dans des villes, des villages ou des centres urbains. Plusieurs pays sont le théâtre de ces combats. La Syrie, Gaza ou l’Ukraine sont des exemples récents où l’utilisation des armes explosives a été observée de manière intense ces derniers mois. Handicap International lutte contre cette pratique qui fait des dizaines de milliers de victimes chaque année. 82% sont des civils, et parmi eux une grande partie d’enfants, il est urgent de les protéger!

Pour mener à bien notre action, nous avons besoin comme toujours de l’aide de nos donateurs. Nous avons lancé une pétition en ligne sur notre site internet, nous vous invitons à vous mobiliser et à la signer: petition.handicap-international.ch

> Vivre Debout: le journal des donateurs numéro 60, février 2016

  • Dossier: non aux bombardements des civils!
  • ?Témoignage: Nouay, de victime à démineur

Nous vous souhaitons une bonne lecture!

 

Tous les Vivre Debout

Published on: 22 février 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les États-Unis et la Russie : principaux responsables des souffrances infligées aux civils par leurs frappes aériennes
© Kate Holt / HI
Événement Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Les États-Unis et la Russie : principaux responsables des souffrances infligées aux civils par leurs frappes aériennes

Les présidents américain Joe Biden et russe Vladimir Poutine se rencontrent ce mercredi 16 juin à Genève. Handicap International (HI) rappelle que, selon Action on Armed Violence (AOAV), les États-Unis et la Russie sont parmi les principaux responsables des souffrances infligées aux civils par les frappes aériennes depuis 2011.

Des clubs sportifs et des coachs genevois récoltent des fonds pour Handicap International Suisse
© HI
Événement

Des clubs sportifs et des coachs genevois récoltent des fonds pour Handicap International Suisse

Lancé le 10 mai dernier, le mouvement #enbleu de Handicap International Suisse entame sa deuxième phase. Après la participation de sportifs et de personnalités suisses, c’est au tour de clubs et de coachs sportifs de faire pratiquer leur sport, en bleu, pour soutenir les personnes en situation de handicap à travers le monde.

Des sportifs et personnalités suisses se mobilisent pour Handicap International
© Olympique Boxing Club Genève, Mike Horn, Antonin Claude, Servette Rugby Club de Genève, Servette FC, Silke Pan.
Événement Mobilisation

Des sportifs et personnalités suisses se mobilisent pour Handicap International

Explorateur et aventurier professionnel, athlète paracycliste et artiste, boxeurs, rugbymen, footballeurs ou monument de la Genève internationale, en solo ou en équipe, ils participent au lancement du mouvement #enbleu pour Handicap International Suisse qui débute aujourd’hui, en soutien aux personnes en situation de handicap à travers le monde.