Go to main content

Ouragan Matthew en Haïti: point sur la situation

Urgence
Haïti

Suite à l’ouragan Matthew, qui a frappé le Sud-Ouest et le Nord-Ouest d’Haïti le 4 octobre 2016, Handicap International a mis en place une première équipe mobile qui intervient dans les hôpitaux et dans les abris collectifs dans le département du Sud. L’association a évalué la situation des populations affectées, qui reste très problématique.

Les Cayes, Haïti, 5 octobre 2016

Les Cayes, Haïti, 5 octobre 2016 | © REUTERS / Andres Martinez Casares

Handicap International donne des premiers soins de réadaptation aux personnes blessées et handicapées, distribue des aides à la mobilité et identifie les plus vulnérables qui ont besoin d’un soutien spécifique. Une seconde équipe mobile a également été constituée afin de renforcer le dispositif. Handicap International planifie également la distribution de 1'000 kits d’urgence  afin que les habitants puissent se loger et retrouver des conditions de vie convenables.

Le contexte

Trois semaines après le passage de l’ouragan Matthew, qui a frappé le Sud-Ouest et le Nord-Ouest d’Haïti le 4 octobre 2016 et affecté 2.1 millions d’Haïtiens, 1.4 million de personnes ont toujours besoin d’une aide humanitaire. Plus de 146'000 maisons ont été détruites, endommagées ou inondées, et plus de 175'500 personnes ont été déplacées dans 224 centres d’évacuation temporaires. De plus, du jeudi 20 au vendredi 21 octobre, des pluies torrentielles se sont abattues sur le département du Sud, qui avait déjà été fortement affecté par le typhon Matthew. Les terres sont inondées et de nombreuses routes sont complètement bloquées. Les populations, qui avaient déjà perdu leurs plantations et leur maison, doivent faire face à une nouvelle catastrophe.

Afin de venir en aide aux plus vulnérables, Handicap International a déployé une équipe de 9 urgentistes expatriés, qui conduisent les activités d’urgence dans les zones affectées par l’ouragan.

Activités

Deux équipes de 3 experts dédiées à la prise en charge des personnes blessées ont été déployées dans la ville des Cayes. Composées d’un chef de projet spécialisé sur les besoins spécifiques (notamment en réadaptation), d’une chef de projet soutien psychologique, d’un physiothérapeute et d’un travailleur social, chacune de ces équipes a évalué l’état des hôpitaux et des services de réadaptation afin d’apporter un soutien aux structures locales. Chaque équipe fournit également des aides à la mobilité (fauteuils roulants, béquilles, déambulateurs), donne des premiers soins de réadaptation aux blessés par l’ouragan Matthew et propose un soutien psychologique afin d’aider les victimes à surmonter leurs traumatismes.

> Distribution de kits d’urgence

Handicap International organise la distribution de kits d’urgence (contenant notamment une boite à outils, des cordes, des fixations et des bâches), afin que les populations affectées puissent se loger et retrouver des conditions de vie décentes. De plus, l’association distribuera également des kits d’hygiène et des articles ménagers essentiels (contenant des jerricanes et des lampes torches), afin de limiter le développement d’épidémies telles que le choléra, qui fait déjà rage dans certaines communes, comme à Chardonnières, dans le département du Sud.

> Plateforme logistique 

Hélène Robin explique: "La priorité est de permettre aux personnes blessés, aux familles qui ont tout perdu et aux personnes isolées d’avoir accès aux services humanitaires".

Suite aux difficultés d’accès à certaines zones affectées par l’ouragan, et afin d’accéder aux communautés les plus isolées, l’association a renforcé son équipe de spécialistes logistiques. Celle-ci organise l’acheminement de l’aide humanitaire par voie maritime, en s’appuyant sur des transporteurs locaux qui disposent de bateaux, ou par voie routière. L’objectif est de permettre aux acteurs humanitaires qui interviennent dans les zones reculées de recevoir les biens à destination des populations et de les distribuer aux personnes qui en ont besoin, même les plus isolées.

Témoignages de victimes de l'ouragan

Amer

 

 

"Quand l’ouragan a frappé notre quartier, Fondrède, j’ai cru que c’était la fin. Le toit de notre maison est tombé sur notre tête, et nous nous sommes réfugiés chez un de nos voisins. Nous sommes rapidement partis ; nous ne voulions pas être un poids pour eux. Aujourd’hui, nous sommes de retour, mais nous n’avons plus de toit, plus de culture. Plus rien". explique Inès Virgile, 32 ans, mère de 5 enfants.

 

 

Roqaya

 

 

 

"J’ai 90 ans. Je suis sourde. Je n’ai ni voisin, ni famille. Je suis isolée. J’ai été déplacée préventivement au lycée Philippe Guerrier. La nuit de l’ouragan, je n’ai rien entendu, je ne me suis même pas rendue compte de ce qu’il se passait", Méralia Simon.

 

 

 


Témoignages des experts de Handicap International

Amer

 

"Les ressources financières sont encore totalement insuffisantes à ce jour par rapport à l’ampleur de la catastrophe. Les besoins sont énormes et de tous types. Nos équipes déploient toute l’énergie pour répondre aux besoins essentiels des populations, mais nos moyens ne sont pas suffisants pour être certains de pouvoir accompagner les populations haïtiennes dans cette nouvelle épreuve, et de les aider une fois de plus à se relever", Hélène Robin, responsable des actions d’urgence pour Handicap International.

 

Roqaya

 

"Plus on approchait du Nord-Ouest, plus les dégâts de l’ouragan étaient visibles, particulièrement à partir de Bombardopolis. À Jean-Rabel, des maisons se sont effondrées sous la violence des vents. Perte de plantations et du bétail, les habitants de la commune sont très inquiets d’avoir perdu leurs sources de revenus. L’ouragan a renforcé leur vulnérabilité, alors que les conditions des habitants de vie étaient déjà précaires", Pauline Lavirotte, chargée de projets pour la réponse aux besoins de base.

 

 

Photos: © B.Almeras / Handicap International

 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Violences dans la bande de Gaza : HI demande la protection des personnes les plus fragiles
© HI
Urgence

Violences dans la bande de Gaza : HI demande la protection des personnes les plus fragiles

Alors que Gaza vient de connaitre une nouvelle journée de manifestations qui a fait plus de 610 blessés selon les premières estimations, HI appelle toutes les parties au conflit à assurer la protection des civils. HI s’inquiète plus particulièrement du sort des personnes les plus vulnérables et demeure très préoccupée par la quantité de blessures aux membres inférieurs, susceptibles de générer des handicaps permanents. HI renouvelle ses appels à une levée du blocus qui pénalise l’ensemble de la population de Gaza, et particulièrement les personnes blessées. 

Blessé par balle : une expérience traumatisante Urgence

Blessé par balle : une expérience traumatisante

Ahmed a 15 ans. Il a été blessé à la cuisse droite juste au-dessus du genou lors d’une manifestation à la frontière entre Gaza et Israël. Il est pris en charge par une équipe de HI. Dès que sa blessure sera cicatrisée, il pourra commencer les séances de rééducation. Il a également besoin d’aide psychologique. 

GAZA : Des soins en réadaptation urgents pour éviter des handicaps
© Ali Jadallah / Anadolu Agency / AFP
Urgence

GAZA : Des soins en réadaptation urgents pour éviter des handicaps

Près de 3 000 ont été blessées lors des manifestations des 14 et 15 mai dernier à la frontière entre Gaza et Israël. Les services médicaux à Gaza sont débordés par l’afflux massif et soudain de blessés. HI met en place des services de réadaptation pour éviter aux patients des handicaps et leur permettre de conserver ou de retrouver leur mobilité.