Goto main content
 
 

Restes explosifs : la protection de la population passe par l’éducation aux risques

Mines et autres armes Prévention
Tchad

De nombreux restes explosifs de guerre, hérités de dizaines d'années de conflits armés, polluent encore la région du Lac Tchad. Handicap International (HI) protège la population de ces restes explosifs grâce au marquage des zones dangereuses et à des séances d’éducation aux risques.

Un agent communautaire de HI anime une séance d'éducation aux risques pour les enfants d’une école de la région du Lac

Un agent communautaire de HI anime une séance d'éducation aux risques pour les enfants d’une école de la région du Lac | © Benoit Almeras / HI

Enseigner les bons automatismes

Au Tchad, dans la Région du Lac, à Baga Sola et Liwa, une petite équipe Handicap International (HI) de deux personnes se charge de sensibiliser la population. Les séances se déroulent dehors à l’ombre, devant la mosquée ou dans les écoles : par petits groupes de 25 personnes, le staff HI explique grâce à des planches d’illustrations ce que sont les restes explosifs de guerre, leurs effets et les comportements à adopter pour éviter les accidents. 6’000 personnes ont été sensibilisées au cours du premier trimestre 2018, dont la majorité sont des déplacés ayant fui les violences de Boko Haram.

Marquer la présence des restes explosifs 

Lorsqu’un reste explosif est trouvé, sa présence est signalée pour alerter la population. Mines Advisory Group (MAG), une organisation partenaire, intervient pour la dépollution. Notre équipe revient régulièrement sur les lieux où ont été identifiés des restes explosifs pour vérifier plusieurs choses : Est-ce que le reste explosif est toujours visible ? Est-ce que le sable ne l’a pas recouvert ? Le marquage est-il toujours en place ?

Il n’est pas rare que des marquages aient disparu, enfouis par le sable, réutilisés par la population locale (un panneau en bois sert à faire du feu pour la cuisine…) ou même que des restes de bombes aient été récupérés par Boko Haram pour en faire des engins explosifs improvisés…

Ainsi, l’éducation aux risques et le marquage des terres polluées vont de pair. Grâce à HI, la population sensibilisée sera davantage vigilante et se tiendra à l’écart des restes explosifs signalés par notre équipe. Les accidents seront ainsi réduits en attendant le déminage de la zone. Notre organisation se mobilisera en fin d’année pour la dépollution des terres Nord-Tchadiennes aux côtés d’organisations partenaires.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

6 ans de guerre au Yémen : le pays dévasté par une guerre sans fin
© ISNA agency / HI
Mines et autres armes Réadaptation Stop Bombing Civilians Urgence

6 ans de guerre au Yémen : le pays dévasté par une guerre sans fin

La guerre au Yémen provoque la plus grande crise humanitaire au monde. Le niveau de destruction des infrastructures par les bombardements et les tirs massifs dans les zones peuplées, ainsi que la contamination par les engins explosifs sont des défis énormes à relever. Sur place depuis 2015, nous interpellons les Etats contre les conséquences effrayantes à long terme des armes explosives utilisées dans les zones peuplées. Ils doivent soutenir le projet d'accord international actuellement en cours de négociation.

10ème anniversaire du conflit syrien: « Il faudra des générations pour reconstruire la Syrie »
Elisa Fourt
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

10ème anniversaire du conflit syrien: « Il faudra des générations pour reconstruire la Syrie »

10 ans après le début du conflit, alors que les combats continuent en Syrie, le travail de reconstruction du pays s'annonce colossal: diversité et étendue des armes explosives qui polluent le territoire, infrastructures et villes détruites par les bombardements incessants, population syrienne déplacée, traumatisée, blessée et paupérisée... Nous appellons la communauté internationale à donner les moyens d'agir aux différents acteurs de l'aide en Syrie.

« Il y avait une chance sur 100 que je survive »
© S. Khalifat / HI
Mines et autres armes Réadaptation Stop Bombing Civilians

« Il y avait une chance sur 100 que je survive »

Mohamad fait partie des milliers de Syriens victimes des bombardements. Paralysé des membres inférieurs depuis une explosion en 2012, il a réappris à vivre avec HI.