Go to main content

Restes explosifs : la protection de la population passe par l’éducation aux risques

Mines et autres armes Prévention
Tchad

De nombreux restes explosifs de guerre, hérités de dizaines d'années de conflits armés, polluent encore la région du Lac Tchad. Handicap International (HI) protège la population de ces restes explosifs grâce au marquage des zones dangereuses et à des séances d’éducation aux risques.

Un agent communautaire de HI anime une séance d'éducation aux risques pour les enfants d’une école de la région du Lac

Un agent communautaire de HI anime une séance d'éducation aux risques pour les enfants d’une école de la région du Lac | © Benoit Almeras / HI

Enseigner les bons automatismes

Au Tchad, dans la Région du Lac, à Baga Sola et Liwa, une petite équipe Handicap International (HI) de deux personnes se charge de sensibiliser la population. Les séances se déroulent dehors à l’ombre, devant la mosquée ou dans les écoles : par petits groupes de 25 personnes, le staff HI explique grâce à des planches d’illustrations ce que sont les restes explosifs de guerre, leurs effets et les comportements à adopter pour éviter les accidents. 6’000 personnes ont été sensibilisées au cours du premier trimestre 2018, dont la majorité sont des déplacés ayant fui les violences de Boko Haram.

Marquer la présence des restes explosifs 

Lorsqu’un reste explosif est trouvé, sa présence est signalée pour alerter la population. Mines Advisory Group (MAG), une organisation partenaire, intervient pour la dépollution. Notre équipe revient régulièrement sur les lieux où ont été identifiés des restes explosifs pour vérifier plusieurs choses : Est-ce que le reste explosif est toujours visible ? Est-ce que le sable ne l’a pas recouvert ? Le marquage est-il toujours en place ?

Il n’est pas rare que des marquages aient disparu, enfouis par le sable, réutilisés par la population locale (un panneau en bois sert à faire du feu pour la cuisine…) ou même que des restes de bombes aient été récupérés par Boko Haram pour en faire des engins explosifs improvisés…

Ainsi, l’éducation aux risques et le marquage des terres polluées vont de pair. Grâce à HI, la population sensibilisée sera davantage vigilante et se tiendra à l’écart des restes explosifs signalés par notre équipe. Les accidents seront ainsi réduits en attendant le déminage de la zone. Notre organisation se mobilisera en fin d’année pour la dépollution des terres Nord-Tchadiennes aux côtés d’organisations partenaires.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les démineurs de HI de retour en Casamance, au Sénégal
© HI
Mines et autres armes

Les démineurs de HI de retour en Casamance, au Sénégal

De nombreux restes explosifs continuent de mettre en danger les populations qui vivent dans cette région du sud du Sénégal et de dissuader les nombreux déplacés internes qui pourraient y revenir.  

4 avril 2019 : Journée internationale pour la sensibilisation au problème des mines et l’assistance à la lutte contre les mines
© J. M. Vargas/HI
Événement Mines et autres armes

4 avril 2019 : Journée internationale pour la sensibilisation au problème des mines et l’assistance à la lutte contre les mines

A l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines, nous nous alarmons des nouvelles contaminations dues, lors de conflits actuels ou récents, à l’utilisation massive d’armes explosives dont celle, croissante, des mines artisanales.

4e anniversaire du conflit au Yémen :  HI dénonce une guerre conduite à l’aveugle, dévastatrice pour la population
© ISNA Agency / HI
Mines et autres armes

4e anniversaire du conflit au Yémen : HI dénonce une guerre conduite à l’aveugle, dévastatrice pour la population

A l’occasion des 4 ans de la guerre au Yémen, nous dénonçons l’usage indiscriminé des armes explosives et leurs effets dévastateurs sur la population. Elle condamne les bombardements massifs en zones peuplées et le retour inédit des mines antipersonnel, armes interdites par le Traité d’Ottawa depuis 1999. L’organisation souligne également les besoins spécifiques en rééducation d’urgence, complément indispensable à la chirurgie de guerre, ainsi que ceux en soutien psychologique pour la population traumatisée par 4 ans de violences armées.