Goto main content
 
 

Un missile est tombé tout près de nous

Bénéficiaires Stop Bombing Civilians
Irak

Abdallah a été blessé lors d’un bombardement à Mossoul, en mai dernier. Désormais déplacé avec sa famille dans un camp à l’est de la ville, l’adolescent bénéficie de l’assistance de Handicap International, qui l’aide à se remettre de sa fracture à la jambe avec des sessions de réadaptation. 

Abdallah et Mohammad, à la fin de la session.

Abdallah et Mohammad, à la fin de la session. | (c) E. Fourt / Handicap International

Lorsque Mohammad, physiothérapeute de l’association, fait son entrée dans la tente familiale, Abdallah et son grand frère sont en train de jouer aux dames. A défaut de pions noirs et blancs, ils déplacent des cailloux ramassés un peu plus tôt, dans l’une des allées du camp. Et à défaut de damier, les adolescents jouent avec un bout de bois sur lequel ils ont tracé des lignes au crayon. Mohammad s’installe à côté d’eux et attend qu’ils finissent leur partie. "Ces moments sont importants", commente-t-il. "Ils aident Abdallah à oublier la douleur pendant un moment." Quelques minutes plus tard, la partie de dames prend fin et la session de physiothérapie peut commencer.

L’adolescent soulève son pantalon et des fixations externes apparaissent sur le haut de sa jambe droite. "Il souffre d’une grave fracture suite à un bombardement", explique Mohammad, en démarrant une série d’exercices de réadaptation. Alors qu’il effectue les différents mouvements recommandés par le professionnel de l’association, Abdallah raconte: "Ce jour-là, j’étais assis dans la rue, avec mon meilleur ami. Soudain, un missile est tombé tout près de nous et il y a eu une grosse explosion. Je ne pouvais plus rien sentir. J’ai essayé trois fois de me lever et à chaque fois, je retombais. Ma jambe était pleine de sang. J’ai tenté de ramper vers mon meilleur ami et j’ai commencé à crier à l’aide. Les voisins sont arrivés, ils nous ont mis sur des couvertures puis ils nous ont emmenés à l’hôpital. Mon opération a duré deux heures. Après deux ou trois jours, mon meilleur ami est mort. Voilà mon histoire."

Détresse intense

Abdallah retient ses larmes un instant, avant de continuer son récit. Il évoque notamment les semaines passées à Mossoul, après son accident et avant de pouvoir quitter la ville avec sa famille. "Au début, ça allait" dit-il. "Nous restions chez nous, je jouais aux jeux de société… Mais après un bout de temps, je suis devenu nerveux, je n’arrivais plus à supporter d’être enfermé. Je me battais avec les autres, je criais et je m’énervais contre tout le monde. Si quelqu’un s’asseyait à côté de moi, je le frappais. Ou alors, je lui disais de sortir, car j’étais énervé, je m’ennuyais trop." Mohammad commente: "Comme Abdallah, de nombreuses personnes souffrent encore ou ont traversé des moments de détresse intense. C’est notamment pour cela que nous proposons, au-delà de nos activités de réadaptation, des sessions de soutien psychologique. Il est essentiel que la population puisse parler de ce qu’elle a vécu et se remettre mentalement, autant que physiquement, de ces évènements."

Le physiothérapeute essaie, au fil des exercices et des discussions avec l’adolescent, de l’aider à se focaliser sur le moment présent. Il l’interroge sur son quotidien dans le camp. "Le matin, je reste dans la tente. Et l’après-midi, je vais à l’école. Ils m’apprennent beaucoup de choses. C’est ce que j’aime le plus dans ma vie aujourd’hui", explique Abdallah. "Je pense que j’aimerais être professeur", ajoute-t-il. "J’aimerais apprendre aux autres à lire et à écrire." La session touche à sa fin et l’adolescent partage également avec Mohammad ses espoirs pour les semaines et mois à venir. "Ce dont je rêve pour l’instant, c’est surtout de pouvoir me tenir debout à nouveau." dit-il. Mohammad lui répond en souriant: "Si tu continues à faire tes exercices, ce rêve deviendra bientôt réalité."  

Abdallah et son grand frère jouent aux dames, dans leur tente. © E. Fourt / Handicap International

Published on: 10 juillet 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

De réelles avancées pour mettre fin aux souffrances civiles causées par les bombardements
© Valentina Sulmoni / HI
Stop Bombing Civilians

De réelles avancées pour mettre fin aux souffrances civiles causées par les bombardements

Nous avons installé un tank la semaine dernière à Genève pour attirer l’attention sur les négociations finales qui se tenaient au Palais des Nations du 6 au 8 avril pour mettre fin aux bombardements des civils en zones peuplées. Les discussions entre les représentants d'organisations internationales, de la société civile, dont nous faisons partie, et plus de 60 délégations d'États ont permis de réelles avancées.

Syrie 11 ans : le déminage et la reconstruction prendront plusieurs générations
© Kate Holt / HI
Stop Bombing Civilians

Syrie 11 ans : le déminage et la reconstruction prendront plusieurs générations

Le 15 mars 2022 marquera les 11 ans du début du conflit en Syrie. La crise humanitaire ne fait que s'aggraver. Les besoins humanitaires sont immenses et l'accès aux victimes reste un défi majeur. Ce conflit est l’exemple flagrant des conséquences humanitaires à long terme de l'utilisation d’armes explosives en zones peuplées. Pour éviter que de telles situations se renouvellent, nous appelons les États à soutenir l’accord international contre les bombardements urbains, actuellement en cours de négociation.

Ukraine : les bombardements en zones peuplées causent de terribles souffrances aux civils
© Daniel Leal / AFP
Stop Bombing Civilians

Ukraine : les bombardements en zones peuplées causent de terribles souffrances aux civils

Depuis le 24 février 2022 et le début du conflit militaire de grande ampleur en Ukraine, les principales villes du pays ont subi des bombardements intensifs. Selon les premiers rapports, au moins 100 civils ont été tués et 300 blessés. Les bombardements et les pilonnages en zones peuplées causent des dommages aux civils qui sont tragiquement prévisibles. Nous demandons la fin immédiate des hostilités et exigeons que les civils et les infrastructures civiles soient protégés des effets de la guerre.