Go to main content
 
 

Un traité contre la barbarie

Mines et autres armes

Le 1er mars 1999, le traité d’Ottawa qui interdit les mines antipersonnel entrait en vigueur. Pour la première fois dans l'histoire du désarmement, une arme conventionnelle était bannie! Une avancée historique du Droit international humanitaire dans laquelle Handicap International a joué un rôle décisif. Mais le combat contre ces armes qui tuent et blessent à 80% des civils doit continuer. 

Une équipe de démineurs de Handicap International s’apprête à intervenir sur une zone à déminer en Casamance, au Sénégal

Une équipe de démineurs de Handicap International s’apprête à intervenir sur une zone à déminer en Casamance, au Sénégal | © J-J. Bernard / Handicap International

Le succès et l’efficacité du traité qui interdit l'emploi, le stockage, la production et le transfert des mines antipersonnel sont indéniables. 162 Etats l’ont rejoint en vingt ans. Depuis le début des années 1990, le nombre de nouvelles victimes a été divisé par cinq, passant d’environ 20 000 à moins de 4 000 en 2014 [1]. Rien que sur les cinq dernières années, 1 000 kilomètres carrés de terres ont été déminés et près de 1,5 million de mines antipersonnel détruites [2].

Mais la vigilance reste de mise. 35 Etats comme les Etats-Unis, la Chine et la Russie, ne sont pas membres du traité. Dans le monde, 57 Etats et quatre territoires sont toujours contaminés par les mines antipersonnel [3]. Et phénomène récent inquiétant, des engins explosifs de fabrication artisanale sont de plus en plus utilisés comme mines par des groupes armés non étatiques dans les conflits en Syrie et en Iraq.

Eradiquer les mines

Se libérer du fléau des mines est possible, comme l’a montré le récent exemple du Mozambique qui s’est déclaré libre de mines en septembre 2015. Handicap International a joué un rôle majeur dans le déminage de ce pays en dépolluant 16 millions de mètres carrés entre 1998 et 2015.

28 Etats parties au traité se sont libérés de la menace des mines depuis 1999. L’assistance aux victimes sera une activité majeure de l’action contre les mines  dans les années à venir. Car quand un pays se déclare libre de mines, les victimes continuent à avoir besoin d’aide, comme recevoir des soins et des équipements adaptés.

Handicap International mène des activités de déminage, d’éducation aux risques, d’assistance aux victimes ou de plaidoyer dans 43 pays, notamment en Syrie, en Irak et en Ukraine. Entre 2010 et 2015, l’association a déminé 71 millions de mètres carrés de terres. Par des enquêtes visant à identifier et délimiter les zones dangereuses, Handicap International a également contribué à la dépollution de milliers d’autres mètres carrés.

Dès sa création, l’organisation a fait de la lutte contre les armes explosives et ses conséquences son cheval de bataille. A Genève, la Broken Chair symbolise ce combat contre les violences infligées aux populations lors des conflits armés. Installé face aux Nations unies, le monument est un défi adressé à la communauté internationale. Il lui rappelle ses obligations de respecter le Droit international humanitaire et de protéger les civils contre l’usage des armes explosives en zones peuplées.

[1] 3 678 victimes recensées en 2014 selon le Landmine Monitor 2015

[2] et [3] http://www.the-monitor.org/media/2152583/Landmine-Monitor-2015_finalpdf.pdf

Published on: 1 mars 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Rapport 2019 de l’Observatoire des sous-munitions : les sous-munitions continuent de tuer des civils
©A. Gelebart-20 minutes / HI
Mines et autres armes

Rapport 2019 de l’Observatoire des sous-munitions : les sous-munitions continuent de tuer des civils

Publié le 29 août, le rapport 2019 de l’Observatoire des sous-munitions révèle que de nouvelles attaques utilisant des armes à sous-munitions ont eu lieu en Syrie en 2018. Dans le monde, au moins 149 personnes ont été victimes d’attaques ou de restes de sous-munitions dans 8 pays et un territoire. Alors que jusqu’à 40 % de ces armes n’explosent pas à l’impact, ces attaques engendrent une lourde contamination aux restes de sous-munitions, posant une menace mortelle et à long terme pour les populations locales.
 

La conférence des États parties à la Convention d’Oslo, qui interdit les armes à sous-munitions, se tiendra du 2 au 4 septembre 2019 à Genève. HI appelle les États à appliquer le Droit international et à systématiquement condamner l’utilisation de ces armes barbares.

10 juillet : anniversaire de la bataille de Mossoul L’ouest de la ville toujours contaminé par des restes explosifs de guerre
© E. Fourt/HI
Mines et autres armes Urgence

10 juillet : anniversaire de la bataille de Mossoul L’ouest de la ville toujours contaminé par des restes explosifs de guerre

Deux ans après la reprise de Mossoul par les forces armées irakiennes, le 10 juillet 2017, l’ouest de la ville est laissé à l’abandon, détruit et contaminé par des milliers de restes explosifs de guerre. 500'000 personnes sont toujours déplacées dans les camps et la vie de milliers de blessés est encore suspendue à des soins adaptés à leurs besoins.

HI démine le Nord du Liban
©Oriane van den Broeck / HI
Mines et autres armes

HI démine le Nord du Liban

HI démine au Nord du Liban. Les démineurs interviennent désormais dans une zone contaminée par la guerre de 1975-1990. Objectif : soustraire les habitants à cette menace permanente.