Accès direct au contenu
 
 

Abdullah avait peur de tous les médecins

Mines et autres armes Réadaptation
Yémen

Abdullah a 12 ans. Gravement blessé lors d'un bombardement aérien en décembre 2019 alors qu'il jouait dehors avec des amis, il a dû être amputé. Nous lui sommes venus en aide.

Abdullah au centre de physiothérapie et de prothèses de Sana’a

Abdullah au centre de physiothérapie et de prothèses de Sana’a | © ISNA Agency / HI

Son cousin a été tué lors de l'attaque. C’était son compagnon de jeu, il était comme un frère pour lui, et Abdullah en a été bouleversé. Il a perdu l'envie de jouer, de marcher, de courir... Toutes les activités quotidiennes d'un jeune garçon ne l’intéressaient plus.

Les parents d'Abdullah ne savaient pas qu’on pouvait l’aider en lui fabriquant une prothèse. La famille est très pauvre. Abdullah a onze frères et sœurs qui vivent tous dans une petite maison dans la région d'Al-Hudaida où de violents combats et bombardements ont eu lieu jusqu’à récemment. Ils n'ont aucun accès aux services de santé, à l'électricité, à l'eau et à la nourriture. Il n'y a pas d'école à proximité de leur village.

Juste après l’accident, ils se sont précipités à l’hôpital de Sana'a, espérant sauver Abdullah. Le jeune garçon y est resté près d'un mois ; nous avons immédiatement commencé à lui apporter un soutien psychologique et en réadaptation. Abdullah ne pouvant pas être appareillé tout de suite, elle lui a d’abord fourni un fauteuil roulant et une paire de béquilles. Puis, il a reçu sa prothèse adaptée et a suivi des séances de rééducation pour réapprendre à marcher.

Abdullah était vraiment traumatisé au début. Il avait peur des médecins qui venaient le voir et hurlait lorsque le physiothérapeute cherchait à lui faire faire des exercices de rééducation. Il était totalement perdu. Tout lui faisait peur. Notre équipe a pris le temps de le rassurer et de le mettre doucement en confiance.

C’est son frère qui s'occupe principalement de lui et l’aide concernant sa rééducation et son appareillage. Nous avons fourni à son frère toutes les informations sur les prothèses et la façon de les entretenir et de les nettoyer. 

Aujourd'hui, Abdullah peut marcher normalement avec sa prothèse, mais elle doit être adaptée régulièrement car il grandit vite !

 

10 ans de guerre et de chaos en Syrie. 3 millions d'enfants n'ont jamais rien connu d'autre que la guerre au quotidien, les villes et infrastructures sont détruites. Comment agir ? Pour en savoir plus

Quand les armes explosives sont utilisées dans les zones urbaines, 88% des victimes sont des civils. Bombarder des civils ce n'est pas la guerre, c'est un crime! Rejoignez notre combat contre les bombardements des civils en signant notre pétition.

Published on: 28 avril 2021
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Srey Nuch, une battante avec des projets plein la tête !
© Stephen Rae / HI
Inclusion Réadaptation

Srey Nuch, une battante avec des projets plein la tête !

Devenue paraplégique à l’âge de 13 ans, Srey Nuch a lancé sa petite entreprise de couture suite à nos encouragements et ne compte pas s'arrêter là.

Laos : 25 ans de déminage
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Laos : 25 ans de déminage

Des décennies après la fin de la guerre, le Laos est le pays le plus contaminé par les armes à sous-munitions dans le monde. Certaines zones sont encore pleines de restes explosifs de guerre. Il y a 25 ans, en juin 1996, nous commençions la dépollution...

Syrie : grave menace sur l’acheminement de l’aide humanitaire
© G. Dubourthoumieu / HI
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Syrie : grave menace sur l’acheminement de l’aide humanitaire

Dans un mois, la résolution autorisant l’acheminement de l’aide humanitaire transfrontalière vers la Syrie expirera. Les ONG, dont Handicap International (HI), alertent sur une catastrophe humanitaire imminente si le Conseil de sécurité de l'ONU ne renouvelle pas cette résolution avant son expiration. En effet, l’accès à une aide humanitaire vitale est en jeu pour plus d'un million de personnes.