Go to main content

"Growing together": chaque enfant a le droit de jouer

Bangladesh Pakistan Thaïlande

Jouer est un droit fondamental pour tous les enfants, y compris pour les enfants réfugiés. C'est pourquoi la Fondation IKEA soutient Growing Together, un projet conduit par Handicap International qui permet aux enfants déplacés du Bangladesh, du Pakistan et de Thaïlande de vivre une enfance comme les autres.

Comme Eike et ses amis n'ont pas de jouets et pas de place pour jouer, ils essaient d'être créatifs | © Kan / Handicap International

Handicap International est l'un des partenaires de la Fondation IKEA dans sa nouvelle campagne solidaire internationale, "Let’s Play for Change", qui débutera le 20 novembre prochain à l'occasion de la Journée internationale des droits de l'enfant. A chaque jouet ou livre pour enfant acheté dans les magasins IKEA entre le 20 novembre et le 24 décembre 2016, la Fondation IKEA reversera 1 CHF à des initiatives favorisant le droit de jouer.

Selon la Convention internationale relative aux droits de l'enfant des Nations unies, jouer est un droit fondamental. "Malheureusement, les enfants réfugiés sont nombreux à être privés de leur vie d'enfant", déplore Cheryl Shin-Hua Yeam, coordinatrice régionale du projet Growing Together pour Handicap International. "Jouer est un droit rarement respecté, rarement mis en avant."

"Le jeu est essentiel pour tous les enfants", ajoute Cheryl. "C’est une source d’épanouissement et d’équilibre. Il permet à l'enfant d'apprendre, de développer son estime de soi et d'acquérir des valeurs et des compétences qui lui seront utiles dans l’avenir, comme l'empathie, la communication et la résistance au stress."

> Jouer aide les enfants réfugiés à surmonter les épreuves

"Pour les enfants réfugiés, jouer est particulièrement vital. Le jeu les aide à mieux vivre les difficultés qu’ils traversent en vivant dans un camp de réfugiés. Ces enfants, qui ont fui la guerre en Birmanie, ont déjà traversé de lourdes épreuves pour leur âge et vivent dans des conditions de pauvreté extrême."

Le projet Growing Together, financé par la Fondation IKEA pour une durée de quatre ans, vise à encourager l’épanouissement des enfants des camps de réfugiés au Bangladesh, au Pakistan et en Thaïlande. L’association va créer des espaces de jeu inclusifs où tous les enfants valides et handicapés pourront s’exprimer en sécurité et en s’amusant. 13’000 filles et garçons vulnérables (âgés de 0 à 18 ans) et leur famille. "Il s'agit de favoriser leur bien-être et leur développement personnel. Ces ‘espaces amis des enfants’ permettent aux réfugiés de partager leurs expériences traumatisantes entre eux et avec un professionnel. Ils peuvent s'y sentir en sécurité, se détendre, sourire, jouer et retrouver l’insouciance de l’enfance, une condition essentielle pour leur bien-être mental et physique."

> Témoignages de Thaïlande

"Je ne veux pas laisser mon frère tout seul", Saw, 12 ans

Christa RigozziSaw, 12 ans, passe à côté de son enfance. S’occuper de Kyan, son petit frère handicapé, est un travail à temps plein qui ne lui laisse pas le temps de jouer. Et pour Kyan, les possibilités de jouer dans le camp de réfugiés sont encore plus limitées. Heureusement, ils peuvent compter l’un sur l’autre.

 

© W. Huyghe / Handicap International

 

 

 

"Julia voudrait un ami", Sue Mite Tar, sa maman

Christa RigozziJulia avait huit mois quand on lui a diagnostiqué une thalassémie, une maladie sanguine génétique qui ralentit sa croissance et déforme ses os. Le début d’une longue série de prélèvements sanguins mensuels. Julia a grandi. Aujourd’hui, sa marche est perturbée et ses mouvements sont lents.

 

© W. Huyghe / Handicap International

 

 

 

"Nous n'avons nul part où jouer", So Eike, 10 ans

Christa RigozziUn terrain de foot pour 40 000 personnes: grandir dans le camp de réfugiés de Mae La, en Thaïlande, n’est pas simple. Aux conditions de vie difficiles s’ajoute un manque d’opportunités de divertissements. Heureusement, So Eike et ses amis ont de l’imagination. 

 

© W. Huyghe / Handicap International

 

 

 

"Quand je trébuche, mes amis me relèvent", Hae Tar, 9 ans

Christa RigozziMalgré sa situation, Hae Tar, 9 ans, trouve qu’elle a de la chance. Elle a des amis qui acceptent son handicap et qui l’attendent quand elle avance lentement sur les chemins cahoteux du camp de réfugiés. Mais les enfants ne sont pas tous si patients.

 

© W. Huyghe / Handicap International

 

 

 

 

> Les enfants handicapés souvent exclus des jeux 

D'après une étude menée par la Fondation IKEA, qui apporte un soutien financier au projet Growing Together, les enfants souffrant d'un handicap physique ou mental sont davantage exclus des jeux et des activités pédagogiques. Un constat que confirme Handicap International, actif auprès de réfugiés depuis plus de 30 ans. "Les enfants handicapés, on ne les voit pas beaucoup jouer", observe Cheryl Sin-Hua Yeam. "Nos espaces de jeux sécurisés seront accessibles pour tous les enfants: enfants valides et handicapés, souffrant de troubles de l’apprentissage, de retard mental, de maladie chronique etc."

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

«Quand je serai grand, je volerai»
© Shumon Ahmed / HI
Bénéficiaires Réadaptation

«Quand je serai grand, je volerai»

Saiful, 7 ans, vit dans le camp de réfugiés rohingyas de Kutupalong, dans le Sud du Bangladesh. L’enfant a perdu sa jambe droite à l’âge de deux ans. Avec le soutien de Handicap International, il a reçu une prothèse, et aujourd’hui, il marche et va à l’école. Son rêve : devenir pilote.

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9'000 réfugiés rohingyas affectés
© HI
Réadaptation Urgence

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9'000 réfugiés rohingyas affectés

Plus de 9'000 rohingyas sont affectés par des inondations et des glissements de terrain au Bangladesh depuis le mois de juin. Les équipes de Handicap International (HI) continuent de venir en aide aux populations affectées.

«J’ai compris à quel point sa vie avait changé»
© Philippa Poussereau / HI
Bénéficiaires Réadaptation Urgence

«J’ai compris à quel point sa vie avait changé»

Ibrahim est l’un des 600’000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana, physiothérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde.