Go to main content

Handicap International lutte contre la malnutrition en Afrique de l’Est

Urgence

Au moins 820 000 enfants au Soudan du Sud, en Somalie, en Ouganda et en Ethiopie risquent de souffrir de malnutrition aigüe sévère en 2017. Handicap International propose des méthodes innovantes afin d’assurer leur guérison. 

(Archives) kinésithérapie, Kinshasha, 2013 | © Johanna de Tessières / Handicap International

Malnutrition sévère aigüe

Lorsqu’un enfant souffre de malnutrition sévère aiguë, divers symptômes apparaissent : maigreur, peau flasque, température du corps peu élevée et ballonnements.  Son système humanitaire est affaibli, ce qui le rend neuf fois plus susceptibles de mourir d’une pneumonie, de la malaria, de la rougeole ou de diarrhées.

Les enfants de moins de cinq ans qui survivent suite à une malnutrition sévère aigüe souffrent de traumatismes importants à un âge où ils devraient développer leurs capacités physiques et intellectuelles. Au lieu d’apprendre à s’asseoir, à se retourner, à observer et à réfléchir, toute leur énergie est consacrée à la survie. Si leur souffrance se prolonge, ces enfants risquent de subir des retards de développement, et dans de graves cas, d’être handicapés à vie.

Suite à la crise alimentaire qui affecte actuellement le Soudan du Sud, la Somalie, l’Ouganda et l’Ethiopie, au moins 820 000 enfants risquent d’atteindre le stade critique de malnutrition sévère aigüe en 2017. Et de nombreux autres sont en danger.

Survie et résilience

Handicap International soutient les enfants atteints de malnutrition depuis de nombreuses années. Les experts en réadaptation de l’association ont développé des méthodes efficaces de kinésithérapie adaptée, basée sur de la stimulation physique. Ces méthodes, qui accompagnent les traitements de nutrition d’urgence, de réhydratation et de soins médicaux essentiels, permettent aux enfants de survivre mais aussi de bénéficier de meilleures conditions de vie.

Rozenn Botokro, expert en réadaptation pour Handicap International, a contribué au développement de ces méthodes. Elle explique : « à première vue, la kinésithérapie ne semble pas prioritaire face à cette problématique. Mais le corps d’un enfant atteint de malnutrition sévère est fortement affecté. Nous devons permettre à ces enfants de pouvoir bouger, réfléchir et jouer, sinon ils risquent de ne pas retrouver leur vitalité et de ne pas s’en sortir. Leur assurer une alimentation et un apport calorique quotidien n’est pas suffisant. Cette méthode de kinésithérapie adaptée, basée sur de la stimulation physique, permet de sortir de ce cercle vicieux ».

Handicap International s’assure également que les enfants soient soutenus par leur entourage,  en collaborant étroitement avec les familles. Les jeux interactifs et les exercices de kinésithérapie menés par les parents et les donneurs de soin permettent aux enfants de grandir et de développer leurs compétences motrices.  Grâce à ce soutien, les enfants peuvent non seulement survivre, mais aussi et surtout grandir en bonne santé. 

Populations déplacées

Suite à l’augmentation alarmante des cas de malnutrition sévère aigüe en Afrique de l’Est, Handicap International lance de nouveaux projets de kinésithérapie adaptée en Ethiopie et évalue la situation au Somaliland et en Ouganda. Ces projets accompagnent d’autres activités d’intervention d’urgence déjà menés par des partenaires de l’association actifs dans les domaines de la santé et de la nutrition. Ils s’adresseront principalement aux populations déplacées, au sein desquelles la proportion d’enfants souffrant de malnutrition sévère aigüe est particulièrement élevée.

 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de Handicap International détruit dans la Ghouta orientale
© HI

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de Handicap International détruit dans la Ghouta orientale

L’escalade extrême des bombardements dans la partie orientale de la Ghouta assiégée depuis les dernières 72 heures a fait plus de 300 victimes civiles et causé des dommages très importants aux infrastructures – particulièrement aux hôpitaux, aux cliniques et aux abris où les civils ont trouvé refuge.

«J’ai compris à quel point sa vie avait changé»
© Philippa Poussereau / HI

«J’ai compris à quel point sa vie avait changé»

Ibrahim est l’un des 600’000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana, physiothérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde.

Plus de 8000 réfugiés au Burundi : HI évalue la situation d’urgence
© Terre des Hommes/HI

Plus de 8000 réfugiés au Burundi : HI évalue la situation d’urgence

Suite aux affrontements actuels qui ont lieu à l’Est de la République démocratique du Congo, plus de 8000 personnes se sont réfugiées dans le sud du Burundi depuis le 24 janvier. HI a évalué les besoins des populations affectées, en collaboration avec l’ONG Terre des Hommes, et envisage une intervention d’urgence.