Go to main content
 
 

Handicap International lutte contre la malnutrition en Afrique de l’Est

Urgence

Au moins 820 000 enfants au Soudan du Sud, en Somalie, en Ouganda et en Ethiopie risquent de souffrir de malnutrition aigüe sévère en 2017. Handicap International propose des méthodes innovantes afin d’assurer leur guérison. 

(Archives) kinésithérapie, Kinshasha, 2013 | © Johanna de Tessières / Handicap International

Malnutrition sévère aigüe

Lorsqu’un enfant souffre de malnutrition sévère aiguë, divers symptômes apparaissent : maigreur, peau flasque, température du corps peu élevée et ballonnements.  Son système humanitaire est affaibli, ce qui le rend neuf fois plus susceptibles de mourir d’une pneumonie, de la malaria, de la rougeole ou de diarrhées.

Les enfants de moins de cinq ans qui survivent suite à une malnutrition sévère aigüe souffrent de traumatismes importants à un âge où ils devraient développer leurs capacités physiques et intellectuelles. Au lieu d’apprendre à s’asseoir, à se retourner, à observer et à réfléchir, toute leur énergie est consacrée à la survie. Si leur souffrance se prolonge, ces enfants risquent de subir des retards de développement, et dans de graves cas, d’être handicapés à vie.

Suite à la crise alimentaire qui affecte actuellement le Soudan du Sud, la Somalie, l’Ouganda et l’Ethiopie, au moins 820 000 enfants risquent d’atteindre le stade critique de malnutrition sévère aigüe en 2017. Et de nombreux autres sont en danger.

Survie et résilience

Handicap International soutient les enfants atteints de malnutrition depuis de nombreuses années. Les experts en réadaptation de l’association ont développé des méthodes efficaces de kinésithérapie adaptée, basée sur de la stimulation physique. Ces méthodes, qui accompagnent les traitements de nutrition d’urgence, de réhydratation et de soins médicaux essentiels, permettent aux enfants de survivre mais aussi de bénéficier de meilleures conditions de vie.

Rozenn Botokro, expert en réadaptation pour Handicap International, a contribué au développement de ces méthodes. Elle explique : « à première vue, la kinésithérapie ne semble pas prioritaire face à cette problématique. Mais le corps d’un enfant atteint de malnutrition sévère est fortement affecté. Nous devons permettre à ces enfants de pouvoir bouger, réfléchir et jouer, sinon ils risquent de ne pas retrouver leur vitalité et de ne pas s’en sortir. Leur assurer une alimentation et un apport calorique quotidien n’est pas suffisant. Cette méthode de kinésithérapie adaptée, basée sur de la stimulation physique, permet de sortir de ce cercle vicieux ».

Handicap International s’assure également que les enfants soient soutenus par leur entourage,  en collaborant étroitement avec les familles. Les jeux interactifs et les exercices de kinésithérapie menés par les parents et les donneurs de soin permettent aux enfants de grandir et de développer leurs compétences motrices.  Grâce à ce soutien, les enfants peuvent non seulement survivre, mais aussi et surtout grandir en bonne santé. 

Populations déplacées

Suite à l’augmentation alarmante des cas de malnutrition sévère aigüe en Afrique de l’Est, Handicap International lance de nouveaux projets de kinésithérapie adaptée en Ethiopie et évalue la situation au Somaliland et en Ouganda. Ces projets accompagnent d’autres activités d’intervention d’urgence déjà menés par des partenaires de l’association actifs dans les domaines de la santé et de la nutrition. Ils s’adresseront principalement aux populations déplacées, au sein desquelles la proportion d’enfants souffrant de malnutrition sévère aigüe est particulièrement élevée.

 

Published on: 26 avril 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

L'aide humanitaire : une histoire de compassion
© Gilles Lordet / HI
Réadaptation Urgence

L'aide humanitaire : une histoire de compassion

Tichaona Mashodo dirige l'équipe mobile de HI au Soudan du Sud. Il revient sur ses dix années d'engagement humanitaire.

10 juillet : anniversaire de la bataille de Mossoul L’ouest de la ville toujours contaminé par des restes explosifs de guerre
© E. Fourt/HI
Mines et autres armes Urgence

10 juillet : anniversaire de la bataille de Mossoul L’ouest de la ville toujours contaminé par des restes explosifs de guerre

Deux ans après la reprise de Mossoul par les forces armées irakiennes, le 10 juillet 2017, l’ouest de la ville est laissé à l’abandon, détruit et contaminé par des milliers de restes explosifs de guerre. 500'000 personnes sont toujours déplacées dans les camps et la vie de milliers de blessés est encore suspendue à des soins adaptés à leurs besoins.

Le Conseil de sécurité des Nations unies reconnaît les droits des personnes handicapées dans les conflits armés
© Martin Crep / HI
Droit Insertion Urgence

Le Conseil de sécurité des Nations unies reconnaît les droits des personnes handicapées dans les conflits armés

Pour la première fois, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté, le 20 juin 2019, une résolution sur les personnes handicapées dans les conflits armés. Il s'agit d'une amélioration historique pour les personnes handicapées, particulièrement exposées lors des crises et souvent négligées dans l'aide humanitaire.