Go to main content

Physiothérapie: une réponse à la malnutrition des enfants

Au moins 820'000 enfants au Soudan du Sud, en Somalie, en Ouganda et en Ethiopie risquent de souffrir de malnutrition aigüe sévère en 2017. Handicap International propose des méthodes innovantes afin d’assurer leur guérison.

© Johanna de Tessières / Handicap International

Lorsqu’un enfant souffre de malnutrition sévère aiguë, divers symptômes apparaissent: maigreur, peau flasque, température du corps peu élevée et ballonnements.  Son système humanitaire est affaibli, ce qui le rend neuf fois plus susceptibles de mourir d’une pneumonie, de la malaria, de la rougeole ou de diarrhées.

Les enfants de moins de cinq ans qui survivent suite à une malnutrition sévère aigüe souffrent de traumatismes importants à un âge où ils devraient développer leurs capacités physiques et intellectuelles. Au lieu d’apprendre à s’asseoir, à se retourner, à observer et à réfléchir, toute leur énergie est consacrée à la survie. Si leur souffrance se prolonge, ces enfants risquent de subir des retards de développement, et dans de graves cas, d’être handicapés à vie.

C'est pourquoi Handicap International a développé une méthode de physiothérapie adaptée, basée sur de la stimulation physique. En complément des traitements de nutrition d’urgence, de réhydratation et de soins médicaux essentiels, cette stimulation est vitale afin d’éviter qu’une génération entière ne soit touchée, à long terme.

Rozenn Botokro, expert en réadaptation, explique: "à première vue, la physiothérapie ne semble pas prioritaire face à cette problématique. Mais le corps d’un enfant atteint de malnutrition sévère est fortement affecté. Nous devons permettre à ces enfants de pouvoir bouger, réfléchir et jouer, sinon ils risquent de ne pas retrouver leur vitalité et de ne pas s’en sortir. Leur assurer une alimentation et un apport calorique quotidien n’est pas suffisant. Cette méthode de physiothérapie adaptée, basée sur de la stimulation physique, permet de sortir de ce cercle vicieux".

© Hans Maesen / Handicap International

Pour aller plus loin

Violences dans la bande de Gaza : HI demande la protection des personnes les plus fragiles
© HI
Urgence

Violences dans la bande de Gaza : HI demande la protection des personnes les plus fragiles

Alors que Gaza vient de connaitre une nouvelle journée de manifestations qui a fait plus de 610 blessés selon les premières estimations, HI appelle toutes les parties au conflit à assurer la protection des civils. HI s’inquiète plus particulièrement du sort des personnes les plus vulnérables et demeure très préoccupée par la quantité de blessures aux membres inférieurs, susceptibles de générer des handicaps permanents. HI renouvelle ses appels à une levée du blocus qui pénalise l’ensemble de la population de Gaza, et particulièrement les personnes blessées. 

Blessé par balle : une expérience traumatisante Urgence

Blessé par balle : une expérience traumatisante

Ahmed a 15 ans. Il a été blessé à la cuisse droite juste au-dessus du genou lors d’une manifestation à la frontière entre Gaza et Israël. Il est pris en charge par une équipe de HI. Dès que sa blessure sera cicatrisée, il pourra commencer les séances de rééducation. Il a également besoin d’aide psychologique. 

GAZA : Des soins en réadaptation urgents pour éviter des handicaps
© Ali Jadallah / Anadolu Agency / AFP
Urgence

GAZA : Des soins en réadaptation urgents pour éviter des handicaps

Près de 3 000 ont été blessées lors des manifestations des 14 et 15 mai dernier à la frontière entre Gaza et Israël. Les services médicaux à Gaza sont débordés par l’afflux massif et soudain de blessés. HI met en place des services de réadaptation pour éviter aux patients des handicaps et leur permettre de conserver ou de retrouver leur mobilité.