Go to main content
 
 

Accompagner les travailleurs humanitaires pour mieux inclure les personnes handicapées

Insertion
International

Un ensemble de stratégies professionnelles et de directives pratiques publié aujourd'hui vise à améliorer l'inclusion des personnes handicapées dans l'aide humanitaire et à assurer leur participation.

Un camp de réfugiés Rohingya à Cox Bazaar, au Bangladesh. Un camp de réfugiés peut être un environnement difficile pour une personne handicapée.

Un camp de réfugiés Rohingya à Cox Bazaar, au Bangladesh. Un camp de réfugiés peut être un environnement difficile pour une personne handicapée. | © S. Ahmed / HI

Publiées aujourd'hui, les directives du Comité permanent inter-agences (IASC) aideront les acteurs des secteurs de l'aide humanitaire, du développement et du handicap à concevoir et à mettre en œuvre des actions essentielles pour l'inclusion des personnes handicapées dans l'aide humanitaire.

Ces directives ont été élaborées au cours d'un processus de consultation multipartite de trois ans. Le projet a été mené par des personnes handicapées et leurs organisations respectives en partenariat avec des acteurs humanitaires et plus de 600 experts. Une équipe spéciale, créée en juillet 2016 et dirigée par HI, l'International Disability Alliance (IDA) et l'UNICEF, a coordonné les travaux.

Lors de la cérémonie de lancement des Principes directeurs au siège de l'ONU à New-York, la Directrice générale adjointe de HI, Florence Daunis, a pris la parole : « L'égalité d'accès à l'aide humanitaire pour les personnes handicapées doit devenir la norme et non l'exception. Nous savons que les travailleurs humanitaires sont désireux de changer leurs pratiques pour inclure les femmes, les hommes, les filles et les garçons handicapés, mais des mesures pratiques et une coordination sont nécessaires pour traduire cette ambition dans la pratique. »

Les obstacles pour accéder à l'aide humanitaire

Lors d’une crise, les personnes handicapées sont souvent exposées à des risques disproportionnés, comme à l’exploitation humaine, à la violence et à des actes criminels. Pendant un déplacement de population, par exemple, elles risquent de perdre leurs biens, n'ont pas un accès équitable aux infrastructures d'urgence mises en place ou aux informations sur la sécurité.

Lors d’une catastrophe naturelle, d’un conflit ou d’un déplacement massif, etc., les personnes handicapées sont souvent " laissées de côté " lors de l'évaluation des besoins ou de la planification de l'aide. Elles se heurtent à de nombreux obstacles pour accéder à l'aide humanitaire (longues distances, environnement difficile pour se déplacer et accéder à un point de distribution alimentaire, par exemple).

Les obstacles peuvent également être dus à des attitudes négatives : stigmatisation à la mauvaise compréhension de l’attitude d’une personne handicapée, absence de mode de communication adapté (langue des signes), exclusion des personnes handicapées des décisions concernant la vie dans un camp de réfugiés...

Intérêt croissant pour l'inclusion

Les organisations humanitaires manifestent un intérêt croissant pour l'inclusion des personnes handicapées, mais elles doivent développer davantage d'outils pratiques et mettre à profit les compétences du personnel de première ligne pour identifier et inclure les personnes handicapées dans les services de préparation et d'intervention d'urgence. Très souvent, le personnel a besoin d'une formation ou d'un soutien supplémentaire pour cerner les besoins des personnes handicapées, prendre des mesures d'adaptation et non seulement éliminer les obstacles, mais aussi utiliser leurs capacités.

Published on: 12 novembre 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Handicap International et Gniep Smoeun, victime d’une mine, lancent un appel aux Etats pour faire reculer le gouvernement Trump
(c) Basile Barbey / HI
Mines et autres armes Mobilisation

Handicap International et Gniep Smoeun, victime d’une mine, lancent un appel aux Etats pour faire reculer le gouvernement Trump

Ce jeudi 13 février 2020 à Genève, sous Broken Chair, monument symbole de la barbarie des mines, Handicap International et Gniep Smoeun ont appelé les Etats signataires du Traité d’Ottawa à user de toute leur influence pour que les USA reviennent sur leur révoltante décision de réintroduire les mines.

Pour une déclaration politique forte contre les bombardements dans les zones peuplées
© HI
Mines et autres armes

Pour une déclaration politique forte contre les bombardements dans les zones peuplées

Lundi 10 février 2020, aux Nations unies à Genève, les délégations des États, les militaires, les agences des Nations unies et la société civile se sont réunies pour discuter d'une déclaration politique contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. Handicap International (HI) et les membres du Réseau international sur les armes explosives (INEW) dialoguent avec les États pour les convaincre d'élaborer une déclaration politique forte. Il est urgent de mettre fin aux souffrances humaines causées par l'utilisation d'armes explosives dans les zones peuplées et de soutenir les victimes.

Handicap International, co-prix Nobel de la Paix, révoltée par la décision de l’administration Trump de relancer l’utilisation des mines
© ICBL
Mines et autres armes

Handicap International, co-prix Nobel de la Paix, révoltée par la décision de l’administration Trump de relancer l’utilisation des mines

L'administration Trump a annoncé aujourd’hui un changement de politique assassin sur les mines antipersonnel, autorisant de fait les États-Unis à reprendre l'utilisation et le stockage de mines antipersonnel. Les mines sont des armes dévastatrices, activées par les victimes, qui ne font pas la différence entre le pied d'un enfant et celui d'un soldat.