Go to main content

Aux Philippines, l'aggravation du conflit fait des milliers de déplacés

Urgence
Philippines

Le 23 mai 2017, un conflit armé éclatait dans la ville de Marawi, sur l'île de Mindanao, au Sud des Philippines. Au moins 360 000 personnes ont dû quitter leur foyer. Bon nombre d'entre elles vivent aujourd'hui dans des conditions précaires.

Centre d'évacuation, Lanao del Notre, Philippines

Centre d'évacuation, Lanao del Notre, Philippines | Handicap International

Un accès limité à l’aide humanitaire

De nombreuses familles fuyant le conflit ont trouvé refuge dans des centres d'évacuation ;  d'autres se sont installées dans les villes et villages avoisinants. Selon HI, le peu d’aide humanitaire fournie n'est pas adaptée aux personnes vulnérables. "Les personnes handicapées, par exemple, vivent dans des centres où ils ne peuvent pas utiliser les douches et les toilettes car il n'y a pas de rampe ou de main courante", explique Gilles Nouziès, responsable du Desk HI pour les Philippines.

«Ce sont principalement les personnes vulnérables vivant en dehors des centres d'évacuation qui ne reçoivent pas assez d'aide. L’aide alimentaire notamment est insuffisante. La plupart des adultes ne peuvent pas travailler et les enfants aller à l'école. Cela crée une situation de risque très élevé. »

 

Afin d'aider les plus vulnérables des personnes affectées par cette crise, HI cherche des financements pour subvenir besoins les plus urgents et leur fournir une assistance à long terme. Nos actions incluront la fourniture de subventions en espèces pour permettre à tous les déplacés d'acheter de la nourriture, ainsi que les articles de première nécessité dont ils manquent.

Des conséquences mortelles

HI s’inquiète également de la menace posée par les engins non explosés, à Marawi et aux alentours. Après des mois d'intenses combats, certaines zones sont fortement contaminées par des restes d'explosifs. Pour informer les populations susceptibles de rentrer chez elles sur les risques qu'elles encourent et les moyens de limiter les dangers, HI prévoit de lancer un programme de sensibilisation aux risques à destination des populations déplacées.

HI aux Philippines

Handicap International est actif aux Philippines depuis 1985. Le niveau de développement aux Philippines est très inégal d’une région à l’autre ; c'est la raison pour laquelle la stratégie de HI vise les zones les plus pauvres, là où la population est la plus exposée aux catastrophes et aux conflits et ne bénéficie pas de services publics adaptés.

 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Mossoul un an après: une ville piégée par les mines et les bombes
© Fanny Mraz / HI
Urgence

Mossoul un an après: une ville piégée par les mines et les bombes

Un an après la libération de Mossoul, 8 millions de tonnes de restes explosifs [1] piègent encore la ville. Tandis que des milliers de blessés tentent aujourd’hui de se soigner et que plus de 300 000 [2] déplacés survivent toujours dans les camps et les communautés, Mossoul, piégée par les restes explosifs de guerre, est une bombe à retardement. 

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9 000 réfugiés rohingyas affectés
© HI
Réadaptation Urgence

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9 000 réfugiés rohingyas affectés

Plus de 9 000 rohingyas sont affectés par des inondations et des glissements de terrain au Bangladesh depuis le mois de juin.  Les équipes de HI continuent de venir en aide aux populations affectées. 

Près de 300 000 réfugiés syriens bloqués aux frontières : l’accès à l’aide humanitaire est urgent
© Philippe Poulpiquet / HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Près de 300 000 réfugiés syriens bloqués aux frontières : l’accès à l’aide humanitaire est urgent

Ces derniers jours, le nombre de Syriens ayant fui le conflit dans le sud de la Syrie a été multiplié par quatre, passant d’environ 60 000 à 272 000 civils. L’aide humanitaire aux frontières n’est pas suffisante pour répondre aux besoins des familles déplacées.