Go to main content

"C’est le destin"

Bénéficiaires Réadaptation Stop Bombing Civilians
Syrie

Kamel est Syrien. L’année dernière, cet homme de 25 ans a été blessé dans un bombardement et est désormais paralysé. Après un long séjour à l’hôpital, ce jeune fermier vit désormais dans le camp de Zaatari. Handicap International l’y aide à se rétablir de ses blessures et lui apprend à s’adapter à sa nouvelle vie, en fauteuil roulant. 

"Portraits réalisée dans le cadre d'un reportage organisé avec le soutien de ECHO (le service de la Commission européenne à l’aide humanitaire et à la protection civile), pour l’exposition « Bombardés ».

"Portraits réalisée dans le cadre d'un reportage organisé avec le soutien de ECHO (le service de la Commission européenne à l’aide humanitaire et à la protection civile), pour l’exposition « Bombardés ». | (c) Philippe Poulpiquet / Handicap International

Lorsque l’on rencontre Kamel, la première chose qui frappe est son grand sourire et sa bonne humeur communicative. Le fauteuil roulant n’est qu’un détail, que cela soit pour ce jeune Syrien ou pour ceux qui sont amenés à faire sa connaissance. "Avec ou sans fauteuil, j’avance", explique-t-il joyeusement. "Je vis la vie qu’il m’est donné de vivre, c’est tout. Je ne suis pas en colère, je ne déteste rien. Je fais avec mon destin. Et je suis juste reconnaissant de ce que Dieu a décidé pour moi."

Kamel a vécu cinq ans de guerre, mais rien ne semble pouvoir entacher son optimisme permanent. Pas même le jour où il a perdu l’usage de ses jambes, l’année dernière. "J’ai été touché par un bombardement. J’ai immédiatement perdu connaissance. Je me suis réveillé dans un hôpital, en Jordanie. Les médecins m’ont dit que j’avais été touché par des éclats d’obus entre deux vertèbres, mais que je remarcherais probablement d’ici six mois à un an. Une année est passée, je ne remarche toujours pas. J’ai compris… C’est la vie. Il ne sert à rien d’être triste. Je vais de l’avant."

Kamel est suivi par Handicap International depuis son arrivée dans le camp de Zaatari. "Nous lui avons donné plusieurs aides à la mobilité et une chaise roulante, pour faciliter ses déplacements", explique Farah, physiothérapeute de l’association. "Nous le voyons aussi régulièrement pour des sessions de physiothérapie, dans le but de le rendre plus indépendant dans ses mouvements." Alors que la séance touche à sa fin, Kamel confie : "Je suis heureux ici, dans le camp, mais bien sûr, si la paix revient en Syrie, nous voudrons tous rentrer dans notre pays. Pas uniquement moi. Et tu pourras venir nous rendre visite là-bas, si tu veux !"

 

 

> Handicap International sur la crise syrienne: la Syrie, un pays en conflit depuis six ans 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Soudan du Sud: Grâce à son tricycle, Emmanuel peut se rendre à l’école tout seul
@ HI
Bénéficiaires Insertion

Soudan du Sud: Grâce à son tricycle, Emmanuel peut se rendre à l’école tout seul

Emmanuel a douze ans. Paralysé des deux jambes, il peut se rendre à l’école depuis que Handicap international (HI) lui a fourni un tricycle. Dans ce pays ravagé par les conflits, l’association aide les personnes handicapées contre les exclusions dont elles peuvent souffrir. 
 

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9 000 réfugiés rohingyas affectés
© HI
Réadaptation Urgence

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9 000 réfugiés rohingyas affectés

Plus de 9 000 rohingyas sont affectés par des inondations et des glissements de terrain au Bangladesh depuis le mois de juin.  Les équipes de HI continuent de venir en aide aux populations affectées. 

Près de 300 000 réfugiés syriens bloqués aux frontières : l’accès à l’aide humanitaire est urgent
© Philippe Poulpiquet / HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Près de 300 000 réfugiés syriens bloqués aux frontières : l’accès à l’aide humanitaire est urgent

Ces derniers jours, le nombre de Syriens ayant fui le conflit dans le sud de la Syrie a été multiplié par quatre, passant d’environ 60 000 à 272 000 civils. L’aide humanitaire aux frontières n’est pas suffisante pour répondre aux besoins des familles déplacées.