Go to main content
 
 

Handicap International part en guerre contre les mines et restes explosifs

Mines et autres armes
République démocratique du Congo

Handicap International démarre des opérations de déminage en République démocratique du Congo (RDC). L’organisation et son partenaire local, AFRILAM (Afrique pour la lutte antimines), commencent ce mois de juin à déminer un terrain de 50 000 mètres carrés, soit l’équivalent de 8 terrains de football, à une quinzaine de kilomètres de Kinsagani, préfecture de la province de Tshopo, au Nord-Est du pays.

© Handicap International / AFRILAM

29 personnes, dont 14 démineurs, répartis en trois équipes, sont en action depuis mi-juin près des villages de Bangboka et Batiabombe, dans un milieu difficile, une forêt dense et humide. Cette opération de déminage qui repose sur l’utilisation de détecteurs de métaux et de sondes durera jusqu’à l’automne prochain. Elle permettra à près de 3 500 villageois de récupérer des terres arables, et de reprendre l’agriculture et l’élevage.

Cette intervention fait suite aux enquêtes que Handicap International et AFRILAM ont menées pendant plusieurs semaines auprès des habitants et des autorités locales pour localiser les risques de contamination par les mines antipersonnel et les restes explosifs de guerre.

Les mines et les restes explosifs de guerre sont une menace permanente pour les populations locales qui peuvent en être les victimes des années après un conflit. Elles posent un frein au développement économique du pays car des terrains, voire des pans entiers de territoire, ne sont plus utilisés pour cultiver, construire routes et habitations, etc.

Les mines antipersonnel ont été employées pour la première fois en 1960 en RDC, au lendemain de l’accession du pays à l’indépendance. Depuis 1996, elles ont été largement utilisées par les différents groupes armées qui se sont opposés dans le Nord et l’Est du pays, au gré des nombreux conflits qui se sont succédé. Aujourd’hui encore, elles sont une menace permanente pour les populations locales.

Handicap International est présente en République démocratique du Congo depuis 20 ans. Elle a été un acteur majeur du deminage, ces dernières opérations dans le domaine remontant à 2014. Avec AFRILAM, son partenaire depuis 2008, l’association est engagée dans de nouvelles opérations jusqu’en décembre 2017.

Membre du Traité d’Ottawa, la République démocratique du Congo s’est donné jusqu’à 2021 pour être libre de mines.

Published on: 14 juin 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Une exposition pour permettre à la population de dire NON aux bombardements des civils
© Handicap International
Événement Mines et autres armes Mobilisation Stop Bombing Civilians

Une exposition pour permettre à la population de dire NON aux bombardements des civils

Dans le cadre de sa campagne « stop bombing civilians », Handicap International (HI) organise une exposition itinérante qui passera à Lausanne du 14 au 20 octobre. Ses objectifs : inviter le public à interpeller ses conseillers nationaux afin que le gouvernement suisse se positionne plus fermement pour la protection des civils lors des conflits et qu’il s’engage pro-activement dans l’élaboration d’une déclaration politique internationale. Ensemble nous avons 6 mois pour stopper le bombardement des civils !

Bombardements en zones peuplées :  les Etats reconnaissent enfin l'urgence d'agir
© A. Al Osta / HI
Mines et autres armes Mobilisation Stop Bombing Civilians

Bombardements en zones peuplées : les Etats reconnaissent enfin l'urgence d'agir

133 Etats et des ONG se sont réunis pendant deux jours lors de la Conférence de Vienne sur la "Protection des civils dans les guerres urbaines". La majorité  d’entre eux ont déclaré être prêts à travailler à une déclaration politique visant à mettre fin aux souffrances humaines causées par l'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées. Les discussions qui se tiendront pendant six mois seront décisives pour protéger des millions de civils vivant dans les zones de guerre.