Go to main content
 
 

Notre plus belle victoire, c’est de la voir sourire à nouveau

Bénéficiaires
Syrie

Jamila vit dans un camp de déplacés, au nord de la Syrie. Deux de ses fils ont été tués dans un bombardement, au début du conflit. Les attaques aériennes l’ont également amenée à quitter sa maison et à se déplacer plusieurs fois, avec le reste de sa famille, au sein du pays. Handicap International accompagne Jamila depuis plusieurs mois, à travers des sessions de physiothérapie et de soutien psychosocial.

Jamila se confie à l’équipe de l’association | Handicap International

"Lorsque la guerre a commencé, je ne réalisais pas ce que ça impliquerait pour moi et ma famille. Jusqu’au décès de deux de mes fils…" Le regard las et le visage fatigué, Jamila se rappelle encore du jour où tout a basculé. "Ils étaient partis rendre visite à un ami", raconte la sexagénaire. "Alors qu’ils rentraient à la maison, ils ont été touchés par un bombardement. Peu après, mon troisième et dernier fils a décidé d’aller se réfugier en Turquie avec sa femme et sa fille. La perte de mes trois enfants m’a anéantie. J’ai eu l’impression que c’était mon âme, qui me quittait." Pour autant, Jamila n’a jamais envisagé de quitter la Syrie. "Je suis née ici, et c’est ici que je mourrais", dit-elle, résignée. "Quoi qu’il arrive, ma vie est dans ce pays."

Assise à même le sol dans sa tente, Jamila raconte à l’équipe de Handicap International comment elle est arrivée dans ce camp de déplacés.

"Au fil du temps, les bombardements étaient devenus incessants. Et avec la perte de mes fils, c’était désormais ma responsabilité de prendre soin du reste de la famille. Je devais mettre ma belle-fille et mon petit-fils en sécurité, alors nous sommes partis. Nous avons changé quatre fois de logement, cherchant désespérément une zone qui ne serait pas touchée par les bombardements. Et puis, nous sommes finalement arrivés ici…"

Il y a quelques mois, l’équipe de Handicap International a été alertée de la situation de Jamila. "Lorsque nous sommes arrivés dans sa tente, nous nous sommes présentés et lui avons expliqué comment nous pourrions l’aider", explique Mustafa, travailleur psychosocial. "Nous avons fait une première évaluation de ses besoins et j’ai réalisé l’état de détresse psychologique dans lequel elle se trouvait. Elle était très isolée, triste et appréhendait beaucoup l’avenir de son petit-fils. Mon ambition était de casser cet isolement et de l’aider à réintégrer la vie en société. Je l’ai notamment encouragé à faire partie d’une association de femmes, présente dans le camp."

Au fil des sessions, Jamila commence à sortir de sa tente et à socialiser de nouveau avec les autres. "Elle pense toujours au passé", explique Mustafa, "mais nous travaillons sur l’acceptation de sa situation." De leur côté, Rami et Mohammad, physiothérapeutes, ont aussi constaté des progrès."Jamila marche mieux que quand nous l’avons connue, elle a aussi plus d’équilibre qu’avant." Les professionnels de l’association concluent: "Notre plus belle victoire, c’est lorsque nous la voyons sourire à nouveau."

Published on: 26 octobre 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Samira, un pas à la fois
© Abir Abdullah/HI
Bénéficiaires Réadaptation

Samira, un pas à la fois

La vie dans les camps de réfugiés surpeuplés n'est pas facile pour les réfugiés Rohingyas qui ont fui leur pays d'origine, le Myanmar, vers le Bangladesh - en particulier pour les enfants comme Samira qui vivent avec un handicap. Ces enfants sont pris en charge par les équipes mobiles de Handicap International (HI), qui ont recours à la physiothérapie et à d'autres mesures pour faciliter la vie des personnes touchées et de leurs familles.

8e anniversaire du conflit syrien : 10 millions de Syriens exposés aux restes explosifs de guerre
© P.Poulpiquet/HI
Mobilisation Stop Bombing Civilians Urgence

8e anniversaire du conflit syrien : 10 millions de Syriens exposés aux restes explosifs de guerre

Après 8 ans de conflit, 70 % de la population syrienne a toujours besoin d’une aide humanitaire d’urgence. 

« Le traitement était trop cher : elle ne pourra plus marcher »
© Oriane van den Broeck / HI
Bénéficiaires Réadaptation

« Le traitement était trop cher : elle ne pourra plus marcher »

Bayan est atteinte de paralysie cérébrale. Grâce à HI, l’enfant bénéficie pour la première fois de séances de réhabilitation.