Go to main content
 
 

Growing together: l'importance du jeu dans les camps de réfugiés

Droit
Bangladesh Pakistan Thaïlande

Handicap International veut permettre à 13'000 enfants des camps de réfugiés au Pakistan, au Bangladesh et en Thaïlande d’apprendre et de se développer grâce au jeu, en toute sécurité. Avec le soutien de la Fondation IKEA, l’association forme les parents et les volontaires communautaires afin qu’ils stimulent les enfants dès leur plus jeune âge.

Activités pour les enfants à Mae Camp

Activités pour les enfants à Mae Camp | © L. Veuve / Handicap International

Dans le cadre du projet "Growing Together" (grandir ensemble) soutenu par la Fondation IKEA, Handicap International favorise la détection précoce, la stimulation infantile et les séances de réadaptation auprès des enfants afin d’éviter l’apparition de handicap et d’améliorer leurs conditions de vie à long terme. L’association forme les parents, les donneurs de soin et les volontaires communautaires à stimuler les jeunes enfants, notamment grâce à des activités ludiques quotidiennes.

En Thaïlande

Handicap International a formé plus de 40 volontaires communautaires dans trois camps de réfugiés situés près de la frontière birmane. Ces volontaires apprennent notamment comment prendre soin des enfants (hygiène), les nourrir, les stimuler et les encourager à jouer dès le plus jeune âge. 17 volontaires ont également suivi une formation sur les droits et la protectionde l’enfant, afin de pouvoir identifier les risques et de référer les enfants victimes de violencevers des organisations proposant des services adaptés.

En vidéo, le témoignage d'Eh Tha Moo, 12 ans:

En vidéo, le témoignage de Sanda Aung, 10 ans:

Au Pakistan 

Dans les camps de réfugiés des trois pays du projet Growing Together, notamment dans le camp de Peshawar au Pakistan, Handicap International forme les pères à l’importance du jeu et de la stimulation infantile, qui favorisent le développement des enfants. Ils apprennent également comment les stimuler dès leur plus jeune âge : « Un enfant stressé, ou qui grandit dans la peur, ne peut pas apprendre ni se développer. Il est crucial que son bien-être psychologique et émotionnel soient assurés, notamment via des interactions avec son entourage et en jouant régulièrement à la maison », explique Alexey Kruk, coordinateur régional du projet Growing Together de Handicap International.

En vidéo, le témoignage de Misbah, 9 ans:

Au Pakistan, Handicap International mène également des formations auprès des mères du camp de réfugiés de Peshawar, afin de leur expliquer l’importance du jeu pour l’enfant et les techniques de stimulation infantile.

Au Bangladesh

Handicap international a mené une cartographie communautaire dans les camps de réfugiés, notamment dans celui de Nayapara au Bangladesh. L’association a impliqué 25 membres de la communauté afin d’identifier les personnes les plus fragiles, les enfants handicapés, les parents et les enfants qui participeront aux activités menées dans le cadre du projet Growing Together (comités de parents et d’enfants, activités ludiques, séances de réadaptation, etc.). 

L’association a également mené cette cartographie dans le village de Balukhali, toujours en impliquant des membres de la communauté:

Published on: 20 novembre 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp"
© Abir Abdullah / HI
Réadaptation

"Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp"

Dans un coin du centre de réadaptation fixe de Handicap International, dans le camp de réfugiés d’Ukhiya, Hamas, âgé de 6 ans, bondit sur un gros ballon rose. Malgré un grand sourire qui illumine son visage, l’enfant ne joue pas. S’il est aujourd’hui le centre de toutes les attentions, c’est parce qu’il suit une séance de réadaptation avec Redwanul, un physiothérapeute de HI.

Samira, un pas à la fois
© Abir Abdullah/HI
Bénéficiaires Réadaptation

Samira, un pas à la fois

La vie dans les camps de réfugiés surpeuplés n'est pas facile pour les réfugiés Rohingyas qui ont fui leur pays d'origine, le Myanmar, vers le Bangladesh - en particulier pour les enfants comme Samira qui vivent avec un handicap. Ces enfants sont pris en charge par les équipes mobiles de Handicap International (HI), qui ont recours à la physiothérapie et à d'autres mesures pour faciliter la vie des personnes touchées et de leurs familles.

Aider les victimes de mines
© Baptiste Chappuis | HI
Droit Mines et autres armes

Aider les victimes de mines

HI est à la conférence des États parties au Traité d’Ottawa qui interdit les mines du 26 au 30 novembre à Genève. L’association appelle les Etats à soutenir l’assistance aux victimes dont les besoins ont augmenté de façon dramatique ces dernières années.