Go to main content

Inondations au Sri Lanka : des milliers de personnes affectées

Urgence
Sri Lanka

Suite aux inondations et glissements de terrain provoqués par le cyclone Roanu, qui a frappé le Sri Lanka le 15 mai, Handicap International prépare une intervention afin de venir en aide aux plus vulnérables.

Durant les inondations qui affectent le Sri Lanka depuis le 15 mai, des milliers de personnes ont été déplacées dans des logements provisoires (centres d'accueil, écoles...). Photo archive. | Handicap International

Plus de 100 personnes décédées, de 300 000 personnes affectées et de 21 000 personnes déplacées dans des logements temporaires, le cyclone Roanu a entrainé les pires inondations connues depuis 25 ans au Sri Lanka. En collaboration avec le gouvernement et d’autres organisations humanitaires, Handicap International a mené une évaluation afin d’identifier les besoins des populations affectées.

« Dans les districts urbains, comme à Colombo, la capitale, l’eau stage encore et les déchets s’amoncellent. Nous craignons une épidémie de dengue. La priorité est d’assurer l’accès à l’alimentation, à l’eau potable et aux services d’hygiène aux populations affectées», explique Matteo Caprotti, Directeur de Handicap International au Sri Lanka.

Dans les zones rurales, de nombreuses maisons et productions agricoles ont été endommagés. Des milliers de personnes se sont réfugiées dans des logements temporaires. « L’ampleur exacte des dégâts n’est pas encore connue, mais il est essentiel que les populations puissent se nourrir et retrouver de nouveaux moyens de subsistance. Certains agriculteurs ont perdu tous leurs girofliers, champs de riz et plantations de thé - des hectares de terres agricoles ! Il va leur falloir une dizaine d’années pour relancer les plantations. Pour eux, c’est une catastrophe », explique-t-il.

Suite à cette évaluation, Handicap International planifie une collaboration avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM) afin de s’assurer que les personnes les plus vulnérables affectées par la catastrophe puissent avoir accès à l’alimentation. Cette intervention sera menée dans les quatre districts les plus touchés du pays (Colombo, Kegalle, Ratnapura et Gampaha).
L’association envisage également une collaboration avec des organisations partenaires dans les zones rurales afin d’assurer l’accès à l’alimentation et la relance des activités agricoles. La reconstruction des maisons et des infrastructures endommagées (écoles, centres de santé) sera également une priorité, dans les mois à venir.

 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de Handicap International détruit dans la Ghouta orientale
© HI

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de Handicap International détruit dans la Ghouta orientale

L’escalade extrême des bombardements dans la partie orientale de la Ghouta assiégée depuis les dernières 72 heures a fait plus de 300 victimes civiles et causé des dommages très importants aux infrastructures – particulièrement aux hôpitaux, aux cliniques et aux abris où les civils ont trouvé refuge.

«J’ai compris à quel point sa vie avait changé»
© Philippa Poussereau / HI

«J’ai compris à quel point sa vie avait changé»

Ibrahim est l’un des 600’000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana, physiothérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde.

Plus de 8000 réfugiés au Burundi : HI évalue la situation d’urgence
© Terre des Hommes/HI

Plus de 8000 réfugiés au Burundi : HI évalue la situation d’urgence

Suite aux affrontements actuels qui ont lieu à l’Est de la République démocratique du Congo, plus de 8000 personnes se sont réfugiées dans le sud du Burundi depuis le 24 janvier. HI a évalué les besoins des populations affectées, en collaboration avec l’ONG Terre des Hommes, et envisage une intervention d’urgence.