Go to main content

Inondations au Sri Lanka : des milliers de personnes affectées

Urgence
Sri Lanka

Suite aux inondations et glissements de terrain provoqués par le cyclone Roanu, qui a frappé le Sri Lanka le 15 mai, Handicap International prépare une intervention afin de venir en aide aux plus vulnérables.

Durant les inondations qui affectent le Sri Lanka depuis le 15 mai, des milliers de personnes ont été déplacées dans des logements provisoires (centres d'accueil, écoles...). Photo archive. | Handicap International

Plus de 100 personnes décédées, de 300 000 personnes affectées et de 21 000 personnes déplacées dans des logements temporaires, le cyclone Roanu a entrainé les pires inondations connues depuis 25 ans au Sri Lanka. En collaboration avec le gouvernement et d’autres organisations humanitaires, Handicap International a mené une évaluation afin d’identifier les besoins des populations affectées.

« Dans les districts urbains, comme à Colombo, la capitale, l’eau stage encore et les déchets s’amoncellent. Nous craignons une épidémie de dengue. La priorité est d’assurer l’accès à l’alimentation, à l’eau potable et aux services d’hygiène aux populations affectées», explique Matteo Caprotti, Directeur de Handicap International au Sri Lanka.

Dans les zones rurales, de nombreuses maisons et productions agricoles ont été endommagés. Des milliers de personnes se sont réfugiées dans des logements temporaires. « L’ampleur exacte des dégâts n’est pas encore connue, mais il est essentiel que les populations puissent se nourrir et retrouver de nouveaux moyens de subsistance. Certains agriculteurs ont perdu tous leurs girofliers, champs de riz et plantations de thé - des hectares de terres agricoles ! Il va leur falloir une dizaine d’années pour relancer les plantations. Pour eux, c’est une catastrophe », explique-t-il.

Suite à cette évaluation, Handicap International planifie une collaboration avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM) afin de s’assurer que les personnes les plus vulnérables affectées par la catastrophe puissent avoir accès à l’alimentation. Cette intervention sera menée dans les quatre districts les plus touchés du pays (Colombo, Kegalle, Ratnapura et Gampaha).
L’association envisage également une collaboration avec des organisations partenaires dans les zones rurales afin d’assurer l’accès à l’alimentation et la relance des activités agricoles. La reconstruction des maisons et des infrastructures endommagées (écoles, centres de santé) sera également une priorité, dans les mois à venir.

 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Mossoul un an après: une ville piégée par les mines et les bombes
© Fanny Mraz / HI
Urgence

Mossoul un an après: une ville piégée par les mines et les bombes

Un an après la libération de Mossoul, 8 millions de tonnes de restes explosifs [1] piègent encore la ville. Tandis que des milliers de blessés tentent aujourd’hui de se soigner et que plus de 300 000 [2] déplacés survivent toujours dans les camps et les communautés, Mossoul, piégée par les restes explosifs de guerre, est une bombe à retardement. 

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9 000 réfugiés rohingyas affectés
© HI
Réadaptation Urgence

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9 000 réfugiés rohingyas affectés

Plus de 9 000 rohingyas sont affectés par des inondations et des glissements de terrain au Bangladesh depuis le mois de juin.  Les équipes de HI continuent de venir en aide aux populations affectées. 

Près de 300 000 réfugiés syriens bloqués aux frontières : l’accès à l’aide humanitaire est urgent
© Philippe Poulpiquet / HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Près de 300 000 réfugiés syriens bloqués aux frontières : l’accès à l’aide humanitaire est urgent

Ces derniers jours, le nombre de Syriens ayant fui le conflit dans le sud de la Syrie a été multiplié par quatre, passant d’environ 60 000 à 272 000 civils. L’aide humanitaire aux frontières n’est pas suffisante pour répondre aux besoins des familles déplacées.