Goto main content
 
 

Un nombre élevé de victimes de mines antipersonnel pour la 5ème année consécutive

Mines et autres armes Mobilisation
International

Publié aujourd'hui, le rapport 2020 de l'Observatoire des mines fait état, pour la cinquième année consécutive, d'un nombre exceptionnellement élevé de victimes de mines. 80% d'entre elles sont des civils, dont 43% d’enfants. A l'heure où la pandémie de Covid-19 remet en cause le déminage humanitaire dans de nombreux pays, nous appelons les Etats à poursuivre leurs efforts pour adapter les activités aux restrictions de santé publique afin de libérer le monde des mines.

©Basile Barbey / HI

Lire le rapport de l'Observatoire des mines 2020 (en anglais).

Un nombre élevé de victimes depuis cinq ans

Le rapport 2020 de l’Observatoire des mines dresse le bilan de l’application du Traité d’Ottawa qui interdit l’emploi, la production, le transfert et le stockage des mines antipersonnel sur la période allant de janvier à décembre 2019, et jusqu’à octobre 2020 quand cela est possible.

Selon le rapport, 5’554 personnes ont été victimes de mines et de restes explosifs de guerre, soit 15 victimes par jour en 2019. Un bilan qui reste élevé pour la cinquième année consécutive.

La grande majorité des personnes tuées par des mines antipersonnel sont des civils : 80% des victimes étaient des civils en 2019 (4’466), dont 43% d'enfants (1’562). Ce sont les restes explosifs qui ont fait le plus grand nombre de victimes parmi les enfants (756, soit 49%).

En 2019, la majorité des nouvelles victimes de mines terrestres et de restes explosifs de guerre ont été enregistrées en Afghanistan (1’538), en Syrie (1’125), au Myanmar (358), au Mali (345), en Ukraine (324), au Yémen (248), au Nigeria (238) et en Irak (161). Des victimes de mines ont été enregistrées dans 50 États et cinq territoires du monde entier.

Le défi des mines improvisées et des nouvelles utilisations des mines

L'Observatoire des mines confirme de nouvelles utilisations de mines antipersonnel par les forces gouvernementales au Myanmar entre octobre 2019 et octobre 2020. Des groupes armés non étatiques ont également utilisé des mines, dont des mines improvisées, dans au moins six pays : Afghanistan, Colombie, Inde, Libye, Myanmar et Pakistan.

En 2019, pour la quatrième année consécutive, le plus grand nombre de victimes annuelles a été causé par des mines improvisées : sur un total de 5’554 victimes de mines enregistrées en 2019, 2’994 personnes ont été tuées ou blessées par des mines improvisées.

L’impact de la Covid sur l’action contre les mines

Les mesures contre la Covid-19 ont eu un impact sérieux sur l'action contre les mines en 2020 : des restrictions ont empêché les survivants et d'autres personnes handicapées d'accéder aux services dont ils avaient besoin (réadaptation, services sociaux, etc.) dans plusieurs pays touchés par les mines. Le déminage a été temporairement suspendu ainsi que les sessions d'éducation aux risques qui ont été adaptées aux contraintes et aux restrictions contre la pandémie.

Published on: 12 novembre 2020
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Attaques à Palma : soutien renforcé aux déplacés
© A.Neves / HI
Mobilisation

Attaques à Palma : soutien renforcé aux déplacés

Nous sommes mobilisés pour orienter les populations vulnérables - femmes enceintes, personnes âgées, personnes handicapées et enfants - déplacées par les récents combats à Palma, au Nord du Mozambique. L’urgence : faciliter leur accès à l'eau, à la nourriture, à des abris.  

6 ans de guerre au Yémen : le pays dévasté par une guerre sans fin
© ISNA agency / HI
Mines et autres armes Réadaptation Stop Bombing Civilians Urgence

6 ans de guerre au Yémen : le pays dévasté par une guerre sans fin

La guerre au Yémen provoque la plus grande crise humanitaire au monde. Le niveau de destruction des infrastructures par les bombardements et les tirs massifs dans les zones peuplées, ainsi que la contamination par les engins explosifs sont des défis énormes à relever. Sur place depuis 2015, nous interpellons les Etats contre les conséquences effrayantes à long terme des armes explosives utilisées dans les zones peuplées. Ils doivent soutenir le projet d'accord international actuellement en cours de négociation.

Abdullah avait peur de tous les médecins
© ISNA Agency / HI
Mines et autres armes Réadaptation

Abdullah avait peur de tous les médecins

Abdullah a 12 ans. Gravement blessé lors d'un bombardement aérien en décembre 2019 alors qu'il jouait dehors avec des amis, il a dû être amputé. Nous lui sommes venus en aide.