Accès direct au contenu
 
 

Un nombre élevé de victimes de mines antipersonnel pour la 5ème année consécutive

Mines et autres armes Mobilisation
International

Publié aujourd'hui, le rapport 2020 de l'Observatoire des mines fait état, pour la cinquième année consécutive, d'un nombre exceptionnellement élevé de victimes de mines. 80% d'entre elles sont des civils, dont 43% d’enfants. A l'heure où la pandémie de Covid-19 remet en cause le déminage humanitaire dans de nombreux pays, nous appelons les Etats à poursuivre leurs efforts pour adapter les activités aux restrictions de santé publique afin de libérer le monde des mines.

©Basile Barbey / HI

Lire le rapport de l'Observatoire des mines 2020 (en anglais).

Un nombre élevé de victimes depuis cinq ans

Le rapport 2020 de l’Observatoire des mines dresse le bilan de l’application du Traité d’Ottawa qui interdit l’emploi, la production, le transfert et le stockage des mines antipersonnel sur la période allant de janvier à décembre 2019, et jusqu’à octobre 2020 quand cela est possible.

Selon le rapport, 5’554 personnes ont été victimes de mines et de restes explosifs de guerre, soit 15 victimes par jour en 2019. Un bilan qui reste élevé pour la cinquième année consécutive.

La grande majorité des personnes tuées par des mines antipersonnel sont des civils : 80% des victimes étaient des civils en 2019 (4’466), dont 43% d'enfants (1’562). Ce sont les restes explosifs qui ont fait le plus grand nombre de victimes parmi les enfants (756, soit 49%).

En 2019, la majorité des nouvelles victimes de mines terrestres et de restes explosifs de guerre ont été enregistrées en Afghanistan (1’538), en Syrie (1’125), au Myanmar (358), au Mali (345), en Ukraine (324), au Yémen (248), au Nigeria (238) et en Irak (161). Des victimes de mines ont été enregistrées dans 50 États et cinq territoires du monde entier.

Le défi des mines improvisées et des nouvelles utilisations des mines

L'Observatoire des mines confirme de nouvelles utilisations de mines antipersonnel par les forces gouvernementales au Myanmar entre octobre 2019 et octobre 2020. Des groupes armés non étatiques ont également utilisé des mines, dont des mines improvisées, dans au moins six pays : Afghanistan, Colombie, Inde, Libye, Myanmar et Pakistan.

En 2019, pour la quatrième année consécutive, le plus grand nombre de victimes annuelles a été causé par des mines improvisées : sur un total de 5’554 victimes de mines enregistrées en 2019, 2’994 personnes ont été tuées ou blessées par des mines improvisées.

L’impact de la Covid sur l’action contre les mines

Les mesures contre la Covid-19 ont eu un impact sérieux sur l'action contre les mines en 2020 : des restrictions ont empêché les survivants et d'autres personnes handicapées d'accéder aux services dont ils avaient besoin (réadaptation, services sociaux, etc.) dans plusieurs pays touchés par les mines. Le déminage a été temporairement suspendu ainsi que les sessions d'éducation aux risques qui ont été adaptées aux contraintes et aux restrictions contre la pandémie.

Published on: 12 novembre 2020
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Handicap International (HI) appelle à l'élimination définitive des bombes à sous-munitions
© Damien Kremer / HI
Mines et autres armes Mobilisation Stop Bombing Civilians

Handicap International (HI) appelle à l'élimination définitive des bombes à sous-munitions

Publié aujourd'hui à Genève, le rapport 2020 de l'Observatoire des bombes à sous-munitions révèle que des attaques utilisant ces armes interdites ont continué à se produire en Syrie et en Libye en 2019. Au moins 286 personnes ont été tuées ou blessées, toutes civiles. Les utilisations récentes dans la guerre Arménie-Azerbaïdjan (non comptabilisées dans ce rapport) montrent que le combat est loin d'être terminé.

Les femmes handicapées sont près de dix fois plus exposées aux violences sexuelles
© John Wessels/HI
Droit Prévention Santé

Les femmes handicapées sont près de dix fois plus exposées aux violences sexuelles

Ce 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, Handicap International (HI) rappelle que plus d’une femme sur trois est exposée à des actes de violences (OMS, 2020). Les femmes handicapées sont encore plus vulnérables face à ces risques. Depuis 25 ans, nous menons des projets dans de nombreux pays afin de prévenir les actes de violence et d’assurer un soutien médical et psychologique auprès des victimes.

Enfants handicapés et non handicapés ensemble à l’école
©HI
Inclusion Insertion

Enfants handicapés et non handicapés ensemble à l’école

Beaucoup d’enfants handicapés ne sont jamais allés à l’école. Voici comment les équipes de Handicap International (HI) travaillent pour inclure des enfants sourds et aveugles à l’école primaire.