Go to main content

Réadaptation

Pour les personnes mutilées pendant des conflits, victimes de catastrophes naturelles ou diminuées par une maladie, l'appareillage et la rééducation sont les premières étapes vers l'autonomie. Elles sont au cœur des actions de Handicap International.

Channa Cambodge

© Lucas Veuve | HI

La réadaptation physique et fonctionnelle s’inscrit dans un parcours global vers l’autonomie. C’est l’une des missions fondamentales de Handicap International, tant en contexte d’urgence que de développement. Elle est mise en œuvre auprès des personnes présentant des déficiences ou des incapacités, temporaires ou durables, afin de prévenir, ralentir ou compenser la perte fonctionnelle. Refusant les démarches stéréotypées, les équipes de Handicap International analysent les spécificités d’une situation pour identifier les actions et le mode opératoire les mieux adaptés. 

 

L’appareillage, pour vivre debout

Qu'il s'agisse de prothèses, d'orthèses ou d'autres types d'aides à la mobilité, les techniques orthopédiques utilisées par les spécialistes de Handicap International sont adaptées aux matériaux, aux compétences et aux infrastructures disponibles sur place. Parallèlement, la technologie est choisie en fonction du contexte.

Ces aides techniques permettent à chacun de retrouver une plus grande autonomie de mouvement. Parce qu'elles doivent s'adapter à l'évolution physique du patient (enfants en croissance), un accompagnement individualisé sur le long terme est nécessaire. L'association travaille ainsi en collaboration avec les structures de santé locales, pour mettre en place des formations reconnues de techniciens orthoprothésistes, et elle soutient la création de centres d'appareillage.

 
Enfant prothèse

© P. Jérôme | HI

Prothèse

Appareil qui remplace un membre ou une partie de membre manquant

Geraldo Togo Orthèse

© P. Poussereau | HI

Orthèse

Appareil qui soutient un membre paralysé ou affaibli

Petite fille en fauteuil roulant

© L. Veuve | HI

Aide à la mobilité

Béquilles, déambulateurs, fauteuils roulants

 

La rééducation: vers l’autonomie

La marche, la parole, la mobilité du bras, etc. Pour de nombreuses personnes blessées ou appareillées, l'autonomie passe souvent par le réapprentissage de chaque geste de la vie quotidienne. Physiothérapeutes, ergothérapeutes, orthophonistes ou psychomotriciens, les professionnels de santé jouent un rôle essentiel dans ce long rétablissement, mais sont généralement trop peu nombreux dans les pays qui en ont le plus besoin. Pour pallier ces carences, Handicap International facilite ou met directement en place des formations diplômantes pour que ces professionnels deviennent autonomes.

Enfin, l’accompagnement de l’entourage proche est souvent indissociable de la prise en charge par les professionnels.

 
Haiti_Readaptation_300x300.jpg

© W. Daniels | HI

Les services de réadaptation en Haïti

Le 12 janvier 2010, Haïti est dévasté par un tremblement de terre qui fait perdre la vie à plus de 230'000 personnes et en blesse plus de 300'000 autres. Handicap International intervient dès le lendemain de la catastrophe afin de venir en aide aux victimes. Sept ans plus tard, l’association poursuit ses actions, notamment pour que les Haïtiens puissent avoir accès à des services de réadaptation.

 

Plus de 15 % de la population mondiale, soit un milliard de personnes, vit avec un handicap[1].
En Afrique, on compte en moyenne 2 millions de personnes pour une unité de production en appareillage[2].


[1] Rapport mondial sur le handicap, OMS et Banque Mondiale, 2011.
[2] Rapport sur la santé dans le monde, OMS, 2003.

 

Pour aller plus loin

Nos drapeaux sur le pont du Mont-Blanc
(c) Basile Barbey / HI
Événement Stop Bombing Civilians

Nos drapeaux sur le pont du Mont-Blanc

Les drapeaux du pont du Mont-Blanc sont aux couleurs de Handicap International (HI) et de sa campagne de mobilisation « Stop bombing civilians ». Objectifs : appeler les Etats à reconnaitre l’ampleur du problème et s’engager à mettre fin à l’utilisation des armes explosives en zones peuplées.

Les civils, victimes des combats puis des restes explosifs
© Agence ISNA / HI
Stop Bombing Civilians

Les civils, victimes des combats puis des restes explosifs

Au Yémen, l’utilisation massive des armes explosives laissent une contamination qui, après les combats, ajoute un danger supplémentaire pour les civils.

Rwanda : 25 ans après le génocide, « les traumatismes sont toujours palpables »
© Giles Duley/HI
Événement

Rwanda : 25 ans après le génocide, « les traumatismes sont toujours palpables »

Le Rwanda entamera ce dimanche la commémoration du génocide des Tutsis, qui avait entraîné en 1994 la mort de plus de 800'000 personnes. Vingt-cinq ans plus tard, près d’une personne sur trois souffre de troubles de stress post-traumatiques. Présente depuis 1994 aux côtés des victimes, nous continuons d’accompagner les victimes directes et indirectes des violences.