Goto main content
 
 

Laos : 25 ans de déminage

Mines et autres armes
Laos

Des décennies après la fin de la guerre, le Laos est le pays le plus contaminé par les armes à sous-munitions dans le monde. Certaines zones sont encore pleines de restes explosifs de guerre. Il y a 25 ans, en juin 1996, nous commençions la dépollution...

Ces derniers sont particulièrement dangereux car leur taille les rend difficiles à repérer.

Ces derniers sont particulièrement dangereux car leur taille les rend difficiles à repérer. | © N. Lozano Juez / HI

Environ 200 types différents de munitions ont été trouvés depuis lors. La plupart sont des bombes à fragmentation, de petites bombes de la taille d'une balle de tennis (comme sur la photo). L'étendue de la contamination est encore inconnue. Nous prévoyons qu'il faudra encore 30, 40 ou même 50 ans avant que l'on puisse vivre partout en sécurité. Malgré les efforts de dépollution et d'éducation de nombreux villageois, principalement des agriculteurs et des enfants, des personnes sont régulièrement victimes des munitions non explosées. 

Au Laos, nous menons plusieurs programmes de déminage, de sensibilisation aux risques et d'assistance aux victimes. Julien Kempeneers, notre responsable des opérations de déminage au Laos, explique la difficulté du travail :

"Nous avons commencé nos premières opérations de déminage au Laos en juin 1996. Il s'agit d'un type particulier de déminage, car au lieu d'éliminer les mines antipersonnel, nous "collectons" les restes de munitions explosées, les fragments de bombes, les restes d'explosifs, les grenades, les munitions, etc. Nos experts en déminage trouvent également de grosses bombes, dont beaucoup pèsent des centaines de kilogrammes, qui n'ont pas explosé à l'impact."

Le niveau le plus élevé au monde de contamination par les armes à sous-munitions

Le Laos est surtout connu pour sa contamination par les bombes à fragmentation - de petites bombes de la taille d'une balle de tennis. Les équipes utilisent un détecteur de métaux pour fouiller les champs ou les routes, puis sécurisent la zone et font exploser les restes d'explosifs. Le Laos est le pays où la contamination par les armes à sous-munitions est la plus élevée au monde. Environ 1'200 kilomètres carrés de zones dangereuses ont déjà été contrôlés. Les équipes de déminage ont trouvé environ 200 types différents de munitions. Pour rendre compte de cette diversité d'explosifs, nous avons publié un catalogue répertoriant tous les types de sous-munitions, qui est désormais utilisé par toutes les organisations de déminage humanitaire au Laos. 

Les enfants et les travailleurs de terrain sont particulièrement exposés

Les zones les plus contaminées sont les régions rurales et éloignées de l'est du Laos, à la frontière avec le Vietnam. Julien Kempeneers rapporte :

"Des personnes sont encore régulièrement victimes de ces armes, notamment des villageois, des agriculteurs travaillant dans les champs... et beaucoup trop d'enfants. Depuis de nombreuses années, nous menons des campagnes de sensibilisation pour apprendre à la population locale à reconnaître les dangers et ce qu'elle peut faire. Nous les aidons à identifier les objets suspects et leur conseillons de garder leurs distances, de ne pas toucher les objets, de marquer la zone avec ce qui leur tombe sous la main, comme un X fait avec des branches. Après cela, ils doivent alerter les autorités ou notre organisation, qui se chargeront ensuite de la démolition." 

Quel est le but de la neutralisation des armes ? 

Les zones contaminées deviennent un "no man's land". Les gens ont peur de déclencher une explosion et n'osent donc pas y aller. Les champs sont en jachère et de vastes étendues de terre deviennent désolées. Il est impossible de construire des écoles ou des routes pour accéder aux villages. En éliminant ces armes, nos équipes rendent aux communautés des terres qu'elles n'ont pas pu utiliser pendant des décennies. 

Quand le dégagement se terminera-t-il au Laos ? 

Julien Kemmeneers :

"Il est impossible de dire quand nous pourrons en finir avec la dépollution. Nous ne connaissons pas encore l'étendue de la contamination. Cela prendra probablement encore au moins 30, 40 ou même 50 ans. Cela donne une idée des terribles problèmes dont souffre le pays en raison de la contamination par les mines, les bombes et les armes à sous-munitions. Le pays a été contaminé à la fin des années 1960 et il nous faudra probablement attendre le milieu du XXIe siècle pour que la population locale puisse vivre en toute sécurité."

Published on: 1 juillet 2021
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Observatoire des mines : le nombre de victimes a augmenté de 21% en 2020
© Waleed Khaled / HI
Mines et autres armes

Observatoire des mines : le nombre de victimes a augmenté de 21% en 2020

Publié aujourd’hui, le rapport 2021 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre exceptionnellement élevé pour la sixième année consécutive de victimes causées par les mines antipersonnel, les restes explosifs de guerre et les mines improvisées : 7’073 victimes en 2020, dont 80% de civils. Alors que va se tenir à La Haye du 15 au 19 novembre la conférence annuelle du Traité d'interdiction des mines, Handicap International, qui a reçu le prix Nobel de la paix avec d'autres organisations pour sa lutte contre les mines, appelle les États à mettre fin à l'utilisation de ces armes barbares.

Irak : une contamination catastrophique : un obstacle majeur à la reconstruction du pays
© HI
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Irak : une contamination catastrophique : un obstacle majeur à la reconstruction du pays

Cinq ans après la fin de la guerre en Irak, les communautés sont toujours fracturées, tout comme les bâtiments, les routes et les ponts qui les entourent. Publié aujourd'hui, notre rapport « Reconstruction impossible : Impact de la contamination liée aux engins explosifs sur les populations touchées en Irak » dresse un tableau édifiant de la vie quotidienne des Irakiens, dont certains ont trop peur pour laisser leurs enfants aller à l'école à pied, ou d’autres sont contraints de travailler dans des endroits pollués par des explosifs.
 

Victimes de bombes à sous-munitions en hausse : nous appelons les Etats à faire respecter le droit international
© Said Khlaifat / HI
Mines et autres armes

Victimes de bombes à sous-munitions en hausse : nous appelons les Etats à faire respecter le droit international

Le nombre des victimes des armes à sous-munitions a augmenté de 30% en trois ans, selon l'Observatoire des armes à sous-munitions 2021. Publié aujourd'hui, le rapport enregistre au moins 360 victimes en 2020 dans le monde. La conférence des États parties à la Convention d'Oslo, qui interdit l'utilisation des armes à sous-munitions, a lieu les 20 et 21 septembre prochain. Nous appelons les États à faire respecter le droit international et ceux qui ne l'ont pas encore fait à adhérer à la convention.