Go to main content
 
 

Le manque d’eau déstabilise une partie de l’Ethiopie

Insertion Réadaptation Urgence
Ethiopie

Une crise alimentaire majeure frappe plus de 20 millions de personnes en Afrique de l’Est, conséquence conjuguée de la sécheresse et des conflits. En Ethiopie, concernée par ces deux phénomènes, Handicap International se mobilise pour que les personnes les plus fragiles aient accès à l’aide humanitaire. L’association propose également des soins en kinésithérapie de stimulation pour les enfants malnutris. Explications de Fabrice Vandeputte, directeur des programmes de Handicap International dans le pays.

Schule von Bilisuma in der Region Oromia, Gegend von Ost-Haraghe im Distrikt Fedis (Äthiopien) © Handicap International

« La sécheresse touche l’Est et au Sud-Est de l’Ethiopie. Elle affecte des populations essentiellement pastorales qui à cause de la pénurie d’eau sont obligées de déplacer leurs bétails (vaches, brebis…) vers d’autres terres, ce qui crée des tensions entre villageois qui doivent du jour au lendemain partager des zones de pâturage et des points d’eau.

« De nombreuses écoles sont obligées de fermer à cause du manque d’eau. Et quand elles restent ouvertes, beaucoup d’enfants n’y viennent plus, car ils doivent aller chercher de l’eau. Plusieurs heures de marche sont parfois nécessaires pour atteindre un puit. Dans le cas de l’école Bilisuma que j’ai visitée il y a quelques jours, le point d’eau le plus proche est situé à 10 km.

« Les pénuries sont également alimentaires car dans certaines zones, à l’Est du pays, les récoltes ont été mauvaises. Et la petite saison des pluies qui commence d’habitude début mars n’a toujours pas démarré. Or, ces pluies sont cruciales pour les prochaines récoltes dans trois mois. Aujourd’hui, 5,5 millions de personnes sont ainsi touchées par la crise alimentaire, soit 5 % de la population éthiopienne.

Dans les villages

« Dans la région de Dire Dawa, à l’Est du pays, nous menons trois types d’actions en lien avec la sécheresse : dans 100 villages, nous nous assurons que les réponses trouvées par les villageois pour faire face aux crises climatiques incluent bien les personnes handicapées : par exemple, quand les villageois reçoivent des semences résistantes à la sécheresse , nous veillons à ce que les personnes handicapées sont bien prises en compte dans les distributions ; en cas de risque d’inondation, une signalétique par drapeau alerte les malentendants du danger... Nous fournissons également béquilles, fauteuils roulants, etc., pour qu’elles puissent se déplacer et travailler aux champs comme tout un chacun.

« Enfin, nous sensibilisons les enfants aux risques de violences domestiques et sexuelles, ce qui n’est pas un petit problème dans cette région. Nous intervenons dans les écoles pour informer les élèves. Nous œuvrons à la coordination des services de police, justice, santé pour la prise en charge efficace des cas d’abus et de violence… A première vue, pas de rapport avec la sécheresse. En fait, si : dans une telle situation, alors que de nombreux enfants sont obligés de quitter l’école pour des tâches domestiques à l’extérieur de leur maison, comme chercher de l’eau, ils sont d’autant plus vulnérables et exposés.

Dans les camps de réfugiés

«  Autre particularité de la situation en Ethiopie : le pays  accueille des centaines milliers de réfugiés, essentiellement  sud-soudains, érythréens et somaliens, qui fuient la guerre civile et la famine.

Ainsi, la région de Gambella, à l’Ouest du pays, n’est pas touchée par la sécheresse mais accueillent plus de 250 000 réfugiés sud soudanais fuyant guerre et famine. Dans les camps, nous lançons, dès mai prochain, des soins en kinésithérapie de stimulation pour les enfants sévèrement malnutris de moins de 5 ans : cette kinésithérapie permet d’empêcher que ces enfants ne souffrent de retards de développement consécutifs à la malnutrition et développent des handicaps irréversibles.

Nous nous assurons également que les points d’eau et les sanitaires installés sont bien accessibles aux personnes à mobilité réduite. »

Published on: 4 avril 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

10 juillet : anniversaire de la bataille de Mossoul L’ouest de la ville toujours contaminé par des restes explosifs de guerre
© E. Fourt/HI
Mines et autres armes Urgence

10 juillet : anniversaire de la bataille de Mossoul L’ouest de la ville toujours contaminé par des restes explosifs de guerre

Deux ans après la reprise de Mossoul par les forces armées irakiennes, le 10 juillet 2017, l’ouest de la ville est laissé à l’abandon, détruit et contaminé par des milliers de restes explosifs de guerre. 500'000 personnes sont toujours déplacées dans les camps et la vie de milliers de blessés est encore suspendue à des soins adaptés à leurs besoins.

Le Conseil de sécurité des Nations unies reconnaît les droits des personnes handicapées dans les conflits armés
© Martin Crep / HI
Droit Insertion Urgence

Le Conseil de sécurité des Nations unies reconnaît les droits des personnes handicapées dans les conflits armés

Pour la première fois, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté, le 20 juin 2019, une résolution sur les personnes handicapées dans les conflits armés. Il s'agit d'une amélioration historique pour les personnes handicapées, particulièrement exposées lors des crises et souvent négligées dans l'aide humanitaire.

"Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp"
© Abir Abdullah / HI
Réadaptation

"Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp"

Dans un coin du centre de réadaptation fixe de Handicap International, dans le camp de réfugiés d’Ukhiya, Hamas, âgé de 6 ans, bondit sur un gros ballon rose. Malgré un grand sourire qui illumine son visage, l’enfant ne joue pas. S’il est aujourd’hui le centre de toutes les attentions, c’est parce qu’il suit une séance de réadaptation avec Redwanul, un physiothérapeute de HI.