Goto main content
 
 

Victimes de bombes à sous-munitions en hausse : nous appelons les Etats à faire respecter le droit international

Mines et autres armes
International

Le nombre des victimes des armes à sous-munitions a augmenté de 30% en trois ans, selon l'Observatoire des armes à sous-munitions 2021. Publié aujourd'hui, le rapport enregistre au moins 360 victimes en 2020 dans le monde. La conférence des États parties à la Convention d'Oslo, qui interdit l'utilisation des armes à sous-munitions, a lieu les 20 et 21 septembre prochain. Nous appelons les États à faire respecter le droit international et ceux qui ne l'ont pas encore fait à adhérer à la convention.

Une jeune fille blessée par une arme à sous-munitions en Syrie en 2015 - Centre de développement communautaire dans le gouvernorat d'Irbid, Jordanie.

Une jeune fille blessée par une arme à sous-munitions en Syrie en 2015 - Centre de développement communautaire dans le gouvernorat d'Irbid, Jordanie. | © Said Khlaifat / HI

Télécharger le rapport 2021 de l’Observatoire des armes à sous-munitions (en anglais).

« La Convention d'Oslo a permis de grands progrès dans la protection des civils contre les armes à sous-munitions : chaque année les stocks sont détruits, d'importantes zones de terres contaminées sont déminées tandis que ces armes sont de plus en plus stigmatisées. Cela ne suffit toujours pas. Au cours des trois dernières années, nous avons assisté à une forte augmentation du nombre de victimes des armes à sous-munitions. Cette augmentation est principalement due à leur utilisation en Syrie et lors du conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan sur le Haut-Karabakh. Nous devons constamment rappeler aux États et aux groupes armés que l'utilisation de ces armes est interdite et que le droit international doit être appliqué » explique Daniel Suda-Lang, directeur de Handicap International Suisse.

Bilan des victimes

L'Observatoire a enregistré au moins 360 nouvelles victimes d'armes à sous-munitions en 2020 dans le monde. Ce chiffre représente une augmentation de 30% en trois ans (contre 317 victimes en 2019 et 277 en 2018). Sur ces 360 personnes, 142 ont été victimes d’attaques utilisant ces armes et 218 victimes de restes d'armes à sous-munitions signalées dans 7 pays, les principaux étant la Syrie (147), l’Irak (31) ou le Soudan du Sud (16). En 2020, la totalité des victimes dont le statut était connu était des civils. Les enfants ont représenté 44% des victimes.

Jusqu'à 40% des sous-munitions n'explosent pas à l'impact et laissent des restes qui constituent une menace mortelle pour la population locale. Ce bilan est très certainement en dessous de la réalité en raison des difficultés parfois à obtenir les informations. 

Destruction des stocks et contamination

Depuis l'entrée en vigueur de la Convention d’Oslo le 1er août 2010, 36 Etats parties ont détruit 1,5 million de stocks d'armes à sous-munitions, soit un total de 178 millions de sous-munitions. Cela représente 99% de toutes les armes à sous-munitions déclarées par les Etats parties. 

Au total, 26 Etats et trois régions restent contaminés par des restes de sous-munitions dans le monde.

Published on: 15 septembre 2021
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Non aux bombardements des civils : nous sommes déjà soutenus par 31 parlementaires fédéraux Mines et autres armes

Non aux bombardements des civils : nous sommes déjà soutenus par 31 parlementaires fédéraux

31 parlementaires fédéraux soutiennent notre combat contre les bombardements des civils, alors que le dernier cycle de consultations pour une déclaration politique contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées aura lieu ce printemps au Palais des Nations à Genève. Ensemble, nous appelons la Suisse à adopter une position forte pour une meilleure protection de la population.

Observatoire des mines : le nombre de victimes a augmenté de 21% en 2020
© Waleed Khaled / HI
Mines et autres armes

Observatoire des mines : le nombre de victimes a augmenté de 21% en 2020

Publié aujourd’hui, le rapport 2021 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre exceptionnellement élevé pour la sixième année consécutive de victimes causées par les mines antipersonnel, les restes explosifs de guerre et les mines improvisées : 7’073 victimes en 2020, dont 80% de civils. Alors que va se tenir à La Haye du 15 au 19 novembre la conférence annuelle du Traité d'interdiction des mines, Handicap International, qui a reçu le prix Nobel de la paix avec d'autres organisations pour sa lutte contre les mines, appelle les États à mettre fin à l'utilisation de ces armes barbares.

Irak : une contamination catastrophique : un obstacle majeur à la reconstruction du pays
© HI
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Irak : une contamination catastrophique : un obstacle majeur à la reconstruction du pays

Cinq ans après la fin de la guerre en Irak, les communautés sont toujours fracturées, tout comme les bâtiments, les routes et les ponts qui les entourent. Publié aujourd'hui, notre rapport « Reconstruction impossible : Impact de la contamination liée aux engins explosifs sur les populations touchées en Irak » dresse un tableau édifiant de la vie quotidienne des Irakiens, dont certains ont trop peur pour laisser leurs enfants aller à l'école à pied, ou d’autres sont contraints de travailler dans des endroits pollués par des explosifs.