Accès direct au contenu
 
 

10ème anniversaire du conflit syrien: « Il faudra des générations pour reconstruire la Syrie »

Mines et autres armes Stop Bombing Civilians
Suisse

10 ans après le début du conflit, alors que les combats continuent en Syrie, le travail de reconstruction du pays s'annonce colossal: diversité et étendue des armes explosives qui polluent le territoire, infrastructures et villes détruites par les bombardements incessants, population syrienne déplacée, traumatisée, blessée et paupérisée... Nous appellons la communauté internationale à donner les moyens d'agir aux différents acteurs de l'aide en Syrie.

Elisa Fourt

La Syrie, un pays dévasté par les armes explosives


Au moins 113’100 utilisations de munitions explosives provenant de 30’425 conflits ont été enregistrées dans les régions d'Alep, d'Idlib et de Lattaquié entre juillet 2013 et mai 2019.

La contamination de la Syrie est totalement inédite. Après 10 ans de conflit, tout l’éventail des armes explosives contamine le sol : bombes non explosées, restes de bombes, pièges ou mines improvisée, des milliers de tonnes de décombres pollués de restes explosifs

explique Emmanuel Sauvage, directeur de la réduction de la violence armée de Handicap International.

Alors que 11,5 millions de personnes sur une population de 17 millions, sont actuellement exposées aux risques des restes explosifs en Syrie et que 12’000 personnes ont été victimes de restes explosifs entre novembre 2018 et février 2020, le déminage et l'éducation aux risques doivent être un axe prioritaire de l'aide internationale. Après Homs en 2012, Alep en 2016, La Goutha en 2017, Deraa en 2018, Idlib en 2019 etc., le même scénario se répète : des bombardements massifs dans des zones peuplées avec des conséquences humanitaires tragiques.

Une population syrienne blessée, déplacée et traumatisée

Entre 2011 et 2019, 87’524 personnes ont été tuées ou blessées par des armes explosives en Syrie. 85% de ces victimes étaient des civils. Or, lorsqu'elles ne tuent pas, les armes explosives détruisent des familles entières : traumatismes physiques et psychologiques, exode ou pauvreté.

Depuis 2011, plus de la moitié de la population syrienne a été déplacée à cause de la violence du conflit. 6,7 millions de personnes sont déplacées à l'intérieur de la Syrie, vivant parfois dans des conditions très difficiles. Alors que les infrastructures essentielles et l'économie syrienne sont détruites, 80% des Syriens vivent actuellement en dessous du seuil de pauvreté. 5,6 millions de personnes ont trouvé refuge dans les pays voisins : Liban, Jordanie, Irak ou encore Turquie. Dans ces pays, touchés par la crise syrienne, nos équipes sont témoins des souffrances et du traumatisme de la population syrienne.

L'immense travail de reconstruction

Lorsque nous pourrons parler de reconstruction du pays, il faudra l'envisager sous un angle multiple : déminage bien sûr, reconstruction des villes dévastées, mais également soins à long terme pour les blessés, accompagnement des traumatismes psychologiques, apaisement des relations entre les communautés qui ont pu s'affronter. Il faudra des générations pour reconstruire ce pays dévasté

poursuit Emmanuel Sauvage.

Donner les moyens d'agir aux acteurs de l'aide humanitaire

Afin de faciliter la reconstruction du pays, nous rappellons qu'il faut donner aux acteurs de l'aide les moyens d'agir. L’organisation a appelé la communauté internationale à garantir un accés sûr et sécurisé aux populations dans le besoin, dont la majorité sont dépendantes de l'aide humanitaire.

En 2018, alors que les acteurs de l'aide estimaient que 3,4 milliards de dollars étaient nécessaires pour venir en aide à la population syrienne, les fonds dédiés par les bailleurs au financement de la crise syrienne s'élevaient à 2,1 milliards. Pour nous, les Etats doivent poursuivre leurs engagements sur le long terme tout en assurant la diversité des projets financés.

Déclaration politique contre l'usage des armes explosives en zones peuplées : protéger les civils des bombardements

À ce jour, plus de 70 Etats, dont la Suisse, ont participé à la rédaction d’une déclaration politique internationale contre l'utilisation d'armes explosives en zones peuplées. Le projet en est à sa phase finale de négociation. Après une interruption d'un an, liée à la Covid-19, le processus diplomatique a repris la semaine dernière. L'accord international devrait être proposé aux Etats pour approbation à l'été 2021.

 

10 ans de guerre et de chaos en Syrie. 3 millions d'enfants n'ont jamais rien connu d'autre que la guerre au quotidien, les villes et infrastructures sont détruites. Comment agir ? Pour en savoir plus

Quand les armes explosives sont utilisées dans les zones urbaines, 88% des victimes sont des civils. Bombarder des civils ce n'est pas la guerre, c'est un crime! Rejoignez notre combat contre les bombardements des civils en signant notre pétition.

Published on: 11 mars 2021
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Irak : une contamination catastrophique : un obstacle majeur à la reconstruction du pays
© HI
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Irak : une contamination catastrophique : un obstacle majeur à la reconstruction du pays

Cinq ans après la fin de la guerre en Irak, les communautés sont toujours fracturées, tout comme les bâtiments, les routes et les ponts qui les entourent. Publié aujourd'hui, notre rapport « Reconstruction impossible : Impact de la contamination liée aux engins explosifs sur les populations touchées en Irak » dresse un tableau édifiant de la vie quotidienne des Irakiens, dont certains ont trop peur pour laisser leurs enfants aller à l'école à pied, ou d’autres sont contraints de travailler dans des endroits pollués par des explosifs.
 

Victimes de bombes à sous-munitions en hausse : nous appelons les Etats à faire respecter le droit international
© Said Khlaifat / HI
Mines et autres armes

Victimes de bombes à sous-munitions en hausse : nous appelons les Etats à faire respecter le droit international

Le nombre des victimes des armes à sous-munitions a augmenté de 30% en trois ans, selon l'Observatoire des armes à sous-munitions 2021. Publié aujourd'hui, le rapport enregistre au moins 360 victimes en 2020 dans le monde. La conférence des États parties à la Convention d'Oslo, qui interdit l'utilisation des armes à sous-munitions, a lieu les 20 et 21 septembre prochain. Nous appelons les États à faire respecter le droit international et ceux qui ne l'ont pas encore fait à adhérer à la convention.

Les ONG internationales gravement préoccupées par la crise humanitaire en République Centrafricaine
© A. Surprenant/Collectif Item/HI
Mines et autres armes

Les ONG internationales gravement préoccupées par la crise humanitaire en République Centrafricaine

A ce jour, le plan de réponse humanitaire en RCA n’est qu’à moitié financé. Avec d’autres ONG internationales nous appelons à la mobilisation des autorités centrafricaines et des donateurs afin d’assurer la réponse humanitaire et la protection des civils.