Go to main content

Crise alimentaire en Afrique de l’Est: Handicap International intervient

Urgence
Ethiopie Somaliland Soudan du Sud

En Afrique de l'Est, toute une population fuit l'insécurité et la famine. Handicap international craint que de nombreuses personnes déplacées, totalement démunies, ne soient laissées pour compte. Nos équipes sur le terrain se mobilisent pour que tous aient accès à l’aide humanitaire. 

Au Somaliland, une équipe de repérage rencontre une famille déplacée à cause de la sécheresse et de la pénurie alimentaire, mai, 2017

Au Somaliland, une équipe de repérage rencontre une famille déplacée à cause de la sécheresse et de la pénurie alimentaire, mai, 2017 | © R.Duly / Handicap International

Somaliland & Puntland

Jeroen Stol, Responsable du Programme:

"Une de nos équipes rentre tout juste  du Somaliland qui a été sévèrement touché par la sécheresse et les pénuries alimentaires. Elle rapporte que de nombreuses familles rencontrées à Hargeisa ont dû abandonner leurs terres et leur bétail. Il leur est maintenant difficile de soigner leurs enfants ou les membres de leur famille qui ont un handicap. Handicap International fera tout pour leur venir en aide".

Notre Intervention:

  • En coordination avec les autres organisations humanitaires, s’assurer que chacun ait accès à l’aide humanitaire (nourriture, eau, soins).
  • Fournir des soins basés sur de la stimulation physique pour les enfants atteints de malnutrition.

 

Soudan du Sud

Paul Critchley, Responsable du Programme:

"Pour le moment il est très difficile d'accéder à la population en détresse à cause des routes trop dangereuses ou impraticables après la saison des pluies. La population est déplacée, malnutrie et traumatisée. Ses besoins de santé, qu’ils soient physiques ou psychologiques, sont considérables."

Notre Intervention:

  • Les voltigeurs de l’association s’efforcent d’accéder à toutes les zones du pays afin d’identifier les personnes ayant des besoins spécifiques (soutien psychologique, en réadaptation, besoin d’équipement pour la mobilité, etc.). Ils fournissent des fauteuils roulants, des béquilles, etc., tout en assurant que les personnes les plus vulnérables sont prises en compte par l’aide humanitaire.
  • A ce titre, Handicap International forme les professionnels de la santé à la prise en charge des personnes handicapées ou vulnérables et renforce le soutien psychosocial auprès des réfugiés qui souffrent de traumatisme psychique.

 

Éthiopie

Fabrice Vandeputte, Responsable du programme:

"Nous faisons face à une situation très compliquée. L'Est du pays a été touché par une sécheresse sévère ; des milliers de Sud-Soudanais frappés par les conflits et la famine dans leur pays se réfugient à l’Ouest de l’Ethiopie. Beaucoup de réfugiés sont des femmes et des enfants qui souffrent de malnutrition."

Notre intervention:

  • En coordination avec les autres organisations humanitaires, s’assurer que toute la population ait accès à l'eau potable et à l'aide alimentaire.
  • Fournir des soins basés sur de la stimulation physique pour les enfants souffrant de malnutrition.
  • S’assurer que les personnes vulnérables et en situation d'exclusion ne soient pas exploitées.
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Syrie : moins de 20% des besoins humanitaires ont été financés en 2017
© Ph. Houliat / HI

Syrie : moins de 20% des besoins humanitaires ont été financés en 2017

Réunis mardi et mercredi pour la conférence de Bruxelles II, huit ONG exigent des bailleurs et des gouvernements le respect des engagements antérieurs en termes de financements humanitaires et de protection des civils.
 

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de Handicap International détruit dans la Ghouta orientale
© HI

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de Handicap International détruit dans la Ghouta orientale

L’escalade extrême des bombardements dans la partie orientale de la Ghouta assiégée depuis les dernières 72 heures a fait plus de 300 victimes civiles et causé des dommages très importants aux infrastructures – particulièrement aux hôpitaux, aux cliniques et aux abris où les civils ont trouvé refuge.

«J’ai compris à quel point sa vie avait changé»
© Philippa Poussereau / HI

«J’ai compris à quel point sa vie avait changé»

Ibrahim est l’un des 600’000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana, physiothérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde.